Mekhé : 617 cas de viols recensés au Sénégal en un mois, selon juriste
APS
SENEGAL-VIOLENCE-GENRE

Mekhé : 617 cas de viols recensés au Sénégal en un mois, selon juriste

Ngaye-Mekhé (Thiès), 18 juil (APS) - La secrétaire générale de l’association des juristes du Sénégal (AJS), Khady Bâ a révélé, dimanche à Ngaye-Mekhé (Thiès), que "617 cas de viol ont été recensés au Sénégal en janvier 2016".
 
Elle a indiqué que ces actes délictueux sont perpétrés sur des enfants et des adultes âgés de 28 ans dont 38 cas d’inceste qui ont engendré 12 cas de grossesse indésirée.
 
Mme Bâ s’exprimait lors du forum initié par l’association des journalistes contre le viol et les abus sexuels (AJVAS), sous le thème : "la société sénégalaise face aux viols et aux violences basées sur le genre". 
 
Elle a noté que depuis que le Sénégal a mis en place, en 1999, une loi durcissant la répression contre les viols et violences sexuelles, "le fléau est encore là et qu’il faut une implication de toute la communauté pour le combattre avec des moyens de protection et de prévention".
 
La juriste a signalé que la société, dans son ensemble, "doit se lever pour faire face aux cas de viol et violences basées sur le genre sous toutes ces formes, car au Sénégal l’avortement n’est pas encore autorisé". Elle a invité les sénégalais à fréquenter les boutiques de droit ouverts pour assister les victimes.
 
Selon elle, "si les viols et violences conjugales persistent, c’est à cause du manque de dénonciation". "Face aux pouvoirs économiques, ou de l’autorité parentale des auteurs de tels actes répréhensibles, la victime préfère souffrir en silence et garder les séquelles pour la vie", a-t-elle souligné.
 
Dans sa communication, la juriste a encore relevé que ces "fléaux sont multiformes et se caractérisent par les violences psychologiques, morales, violences sexuelles, la pédophilie, les mariages précoces, les mutilations génitales et les harcèlements sexuels".
 
De son cote, le président de l’association des journalistes contre le viol et les abus sexuels (AJVAS), Moustapha Fall, a soutenu qu’au Sénégal, "on note de milliers de cas viols, d’incestes, de pédophilie, qui sont passés sous silence et ou cachés et non dénoncés".
 
Il a indiqué que l’AJVAS s’est engagée dans le combat de lutte contre ce fléau qui gangrène la société sénégalaise, où "des enfants mineurs de 5 à 10 ans sont victimes de ce phénomène au niveau des maisons, des écoles et des daaras".
 
D’ailleurs, l’AJVAS a entamé une campagne régionale de sensibilisation sur les méfaits de ces actes criminels.

BD/PON