Lutte contre le terrorisme : la riposte militaire ’’vitale’’,  mais doit être ’’globale’’ (Macky Sall)
APS
SENEGAL-AFRIQUE-SECURITE-PERSPECTIVES

Lutte contre le terrorisme : la riposte militaire ’’vitale’’, mais doit être ’’globale’’ (Macky Sall)

Dakar, 13 nov (APS) - Le président de la République, Macky Sall, a jugé lundi vitale ’’la riposte militaire’’ contre le terrorisme, mais celle-ci doit être selon lui "solidaire et globale pour ne laisser aucun sanctuaire aux groupes terroristes". 

"De toute évidence et en premier lieu, la riposte militaire sur le terrain contre les groupes terroristes est vitale. Nous ne pouvons pas laisser le champ libre à des forces dont le seul objectif est de semer la mort et le chaos", a-t-il dit à l’ouverture de la quatrième édition du Forum de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique.
 
L’édition 2017 de cette rencontre s’est ouverte lundi au Centre international de conférence Abdou Diouf de Diamniadio (CICAD), en présence notamment des présidents rwandais et malien Paul Kagamé et Ibrahim Boubacar Keïta.
 
 La riposte militaire au terrorisme doit toutefois "être solidaire et globale pour ne laisser aucun sanctuaire aux groupes terroristes’’, a indiqué Macky Sall. 
 
"Or, le risque aujourd’hui et pour les années à venir, c’est de voir des terroristes vaincus ailleurs chercher des zones de repli en Afrique pour y poursuivre leurs activités criminelles en s’attaquant aussi bien aux populations locales qu’aux intérêts étrangers", a souligné le président sénégalais.
 
Selon Macky Sall, "ce serait une erreur fatale de sous-estimer ce risque, ou de penser que le déplacement du spectre du terrorisme vers une zone donnée mettrait les autres à l’abri". 
 
"Le terrorisme et ses causes doivent être traités partout avec la même détermination et le même ordre de priorité. C’est cela aussi l’approche intégrée. Tant qu’il reste une zone de vulnérabilité, nous continuerons tous d’être exposés à la menace’’, a insisté le chef de l’Etat sénégalais. 
 
A ses yeux, "pour que la riposte sur le terrain soit efficace et cohérente, il faut des forces de défense et de sécurité suffisamment formées et entrainées ; suffisamment équipées et dotées de mandats clairs et robustes. Ce qui pose encore une fois la question des missions de paix des Nations unies".
 
Le Forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique rassemble annuellement depuis 2014, de nombreux chefs d’Etat et de gouvernement africains, des partenaires internationaux, ainsi que de multiples acteurs de la paix et de la sécurité.
 
Il a été lancé lors du sommet de l’Elysée de 2013, organisé par la France.
 
Plus de 500 participants, acteurs régionaux et internationaux au plus haut niveau, autorités politiques et militaires, experts et universitaires, diplomates, représentants d’organisations internationales, de la société civile et du secteur privé sont attendus à l’édition 2017. 
 
La manifestation est axée sur les "nouveaux enjeux stratégiques" du continent et autour du thème "Défis sécuritaires actuels en Afrique : pour des solutions intégrées".
 
Le Forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique est organisé par le ministère des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur (MAESE) avec l’appui de nombreux partenaires.
 
BHC/BK