Les élus locaux dans une dynamique de
APS
SENEGAL-AFRIQUE-COLLECTIVITES

Les élus locaux dans une dynamique de "bâtir des coalitions fortes"

De l’envoyée spéciale de l’APS : Adama Diouf Ly

Ouagadougou, 22 fév (APS) – Les élus locaux membres de l’Association internationale des maires francophones (AIMF) sont engagés dans une dynamique de partenariat stratégique entre eux et avec des organisations internationales pour "bâtir des coalitions fortes au service du développement local", selon le maire de Ouagadougou, Armand Béouindé.
 
"C’est un processus de recherche permanente de solutions à la cruciale problématique du développement local pour donner, à terme, une autonomie économique aux territoires avec des ressources propres, avec une gouvernance transparente", a-t-il dit

Armand Béouindé, par ailleurs président de l’Association des municipalités du Burkina Faso, intervenait jeudi lors de l’ouverture à Ouagadougou de la Conférence annuelle du Partenariat AIMF-Union européenne.
 
Il s’agit de travailler à travers ces coalitions à renforcer le rôle et la place des maires, de créer des conditions qui favorisent une démarche d’action commune entre tous les acteurs du développement, a-t-il dit devant les délégations d’élus locaux, d’experts de la décentralisation, de journalistes venus de l’espace francophone régionale.
 
L’idée pour les élus locaux est de "veiller à une meilleure prise en compte des problématiques et des positions des autorités locales par les décideurs nationaux, régionaux et mondiaux", a ajouté le maire de Ouagadougou.
 
Dans cette perspective, l’AIMF a mis en place depuis 2015 des groupes de plaidoyer pour permettre aux collectivités locales de contribuer à l’économie du millénaire en leur donnant les moyens d’assurer la lourde charge de la proximité et de gagner la confiance des acteurs qui structurent les territoires, a de son côté indiqué, le secrétaire permanent de l’AIMF, Pierre Baillet.
 
En effet, l’Assemblée générale tenue à Tunis en octobre 2015 avait consacré la création de 4 groupes de plaidoyer sur les finances locales, le statut de l’élu local, les services essentiels et le rôle des collectivités locales face aux changements climatiques.

"L’enjeu de la rencontre de Ouagadougou c’est de voir les stratégies et moyens pour bâtir des coalitions susceptibles de transformer les plaidoyers sur le développement durable, le statut de l’élu local, les finances locales, en résultats concrets", a-t-il souligné. 
 
L’objectif des travaux, a ajouté le secrétaire permanent, est de donner "une dynamique économique aux territoires avec des lois, des règlements et une compréhension des enjeux pour initier l’ensemble des opérations durables". Il a évoqué la nécessité d’une "réédition des comptes, la transparence, le dialogue ouvert entre toutes les parties" comme des "principes de base".

"Les maires ont une place dans la création d’un espace de coopération territoriale mais également pour arriver à une co-administration avec l’Etat afin d’éviter les erreurs de gestion", a-t-il relevé.
 
La conférence de deux jours doit aboutir à la mise en place de partenariats entre les acteurs civils ou institutionnels capables de porter le plaidoyer et de faire bouger les lignes concernant les thématiques en faveur du développement local.

ADL/ASB/ASG