Les efforts du Sénégal en matière de sécurité maritime magnifiés
APS
SENEGAL-AFRIQUE-SECURITE

Les efforts du Sénégal en matière de sécurité maritime magnifiés



Saly-Portudal (Mbour), 27 août (APS) – Le chercheur principal à l’Institut d’étude sécurité (ISS), l’ivoirien Barthélémy Blédé a magnifié, vendredi, les efforts consentis par le Sénégal dans le domaine de la sécurité maritime, soulignant qu’il est un des Etats africains "qui acquièrent les plus moyens aux côtés du Nigéria et du Cameroun".


"Il y a (au Sénégal) une véritable prise de conscience grâce aux forces navales, notamment la marine nationale", a dit M. Blédé, soulignant que des pays comme le Bénin, la Côte d’Ivoire et le Togo sont également sur la même voie.


"Mais, les moyens ne suffisent pas. C’est surtout le problème de gouvernance, c’est-à-dire une bonne coordination entre les différentes agences. Et souvent, c’est là que nos Etats pêchent, même s’il y a une évolution", a-t-il déclaré.


Le chercheur principal à l’ISS s’exprimait au terme d’un atelier international sur "la sûreté et la sécurité maritimes dans le golfe de Guinée", qui s’est tenu jeudi et vendredi à Saly-Portudal (Mbour, ouest).


Barthélémy Blédé qui a tiré un bilan "satisfaisant" des travaux a dit son souhait de voir le Sénégal devenir "une nation maritime au niveau africain".


"Par le passé, l’administration des affaires maritimes et la marine nationale ne pouvaient pas s’asseoir sur une même table pour discuter. Mais aujourd’hui, après le naufrage du bateau +Le Diola+, l’administration est bien organisée avec une agence nationale des affaires maritimes (ANAM), faisant du Sénégal le deuxième pays, après le Nigéria, à avoir une agence autonome", a relevé Barthélémy Blédé.


Cet atelier a servi d’espace approprié pour la Marine nationale d’appeler à la tenue d’un "forum de discussion régulier" devant permettre à tous les acteurs concernés par la sûreté et la sécurité maritimes d’être au même niveau d’information.


"En tant que structure de recherche, nous sommes disposés à accompagner les opérateurs sur le terrain par nos propositions et recommandations", a promis le chercheur principal à l’ISS.


 


ADE/PON