’’Le Joola’’ : des représentants des victimes préconisent l’institution d’une Journée nationale
APS
SENEGAL-SOCIETE

’’Le Joola’’ : des représentants des victimes préconisent l’institution d’une Journée nationale

Dakar, 20 sept (APS) - Le coordonnateur du comité d’initiative pour l’érection d’un musée-mémorial "Le Joola’’, Nassardine Aidara, a invité mercredi à Dakar les pouvoirs publics sénégalais à faire du 26 septembre une Journée nationale du souvenir à la mémoire des victimes du naufrage, en 2002, du bateau du même nom, qui assurait la desserte maritime Dakar-Ziguinchor.
 
"Le comité continue à demander au gouvernement de faire du 26 septembre une Journée nationale du souvenir à travers une loi", a-t-il dit lors d’une conférence de presse, en prélude de la commémoration du 15ème anniversaire du naufrage du bateau "Le Joola’’.
 
Cet accident, survenu intervenu dans la nuit du 26 au 27 septembre 2002, au large des côtes gambiennes, a fait 1863 morts (bilan officiel).
 
Dix ans ans après ce drame, un mémorandum a été remis aux autorités, qui porte sur "l’établissement de la vérité sur les causes du naufrage’’, la question du renflouement de l’épave du navire, "la prise en charge tous les orphelins sur tous les plans", doléances qui n’ont pas été satisfaites à ce jour, affirme Nassardine Aïdara.
 
De même, "la procédure judiciaire est toujours freinée par volonté politique"’, quinze années après le naufrage, alors même que les personnes considérées comme responsables de cet accident ont été identifiées dans un rapport d’enquête commandité par l’Etat, a-t-il assuré.
 
"Il est regrettable de constater que personne n’est responsable d’un accident maritime ayant occasionné la disparition de près deux mille êtres vivants", a-t-il souligné. 
 
Et M. Aidara de poursuivre : "L’Etat a longtemps tergiversé en ce qui concerne la possibilité du renflouement de l’épave et pire, il a fait obstruction de toute tentative de bonnes volontés de financer le renflouement".
 
Or, fait-il réaffirmé, une telle opération "peut aider les familles à faire leur deuil et à la justice de poursuivre le dossier".
 
S’agissant des orphelins laissés par les victimes du naufrage, "ils ont tous atteint 18 ans aujourd’hui et ont plus que jamais besoin d’assistance", a indiqué Nassardine Aidara.
 
Il souligne que "Le Joola 15 ans après : amnésie ou banalisation" est le thème retenu cette année pour commémorer ce drame, une manière selon lui d’encourager "l’ensemble des Sénégalais ç un changement de comportement face à toutes sortes de risques".
 
"Les Sénégalais n’ont pas tiré de leçon du naufrage du Joola, rien n’a changé face aux risques, du fait de la négligence des populations et de l’incompétence ou de l’irresponsabilité des autorités" publiques, a-t-il soutenu.
 

BF/BK