Crash Sénégal Air : La disparition de l’avion limite les possibilités d’analyse des facteurs  de son crash (enquêteur)
APS
SENEGAL-TRANSPORT-ACCIDENT

Crash Sénégal Air : La disparition de l’avion limite les possibilités d’analyse des facteurs de son crash (enquêteur)

Dakar,18 août (APS) - Le directeur du Bureau d’enquête et d’analyse pour la sécurité de l’aviation civile (BEA) du Sénégal, Amadou Lamine Traoré a estimé, vendredi à Dakar, que la disparition de l’avion de la compagnie privée sénégalaise Sénégal Air avec les membres d’équipage et les enregistreurs de vol limite les possibilités d’analyse des facteurs causaux de son accident avec le boieng de la compagnie CEIBA en septembre dernier.


"La disparition du 6V-AIM avec les membres d’équipage et les enregistreurs de vol, entre autres conséquences, limite les possibilités d’analyse des facteurs causaux de l’accident", a-t-il dit lors d’une conférence de presse.


Le directeur du BEA Sénégal et l’enquêteur désigné Amadou Diaw ont presenté à la presse le rapport technique de l’accident aérien entre un avion de Sénégal air et un Boieng de la compagnie aérienne CEIBA en septembre 2016.

L’avion d’évacuation médicale de Sénégal Air ralliait Dakar en provenance du Burkina Faso et s’était abîmé en mer avec sept personnes à son bord après son abordage avec l’avion de CEIBA.


"L’équipage de HS 125 est resté inerte après l’abordage. Il n’a plus répondu aux messages et n’a pas non plus atterri à Dakar comme prévu. Un problème de dépressurisation pourrait, probablement être à l’origine de sa passivité. Seuls les enregistreurs de vol du HS 125-700 A auraient pu nous édifier", a expliqué M. Traoré.

Selon lui, les enquêtes ont révélé que les deux avions devaient se croiser "au niveau de vol (FL) 340= 34000 ft = 10400m".

"Ces deux appareils devaient emprunter la même route (UA601) entre Bamako et Dakar avec un écart de niveau de 1000 ft/ 305m selon leur plan de vol respectif", a expliqué le directeur du BEA, en soulignant que l’avion de Sénégal Air "n’a pas respecté son FL (niveau) de vol lors du croisement avec le Boeing 737-800".

 
"L’abordage est dû au non-respect par le 6V-AIM de son niveau de vol (FL 340). Il s’est retrouvé au FL 350 qui était le FL assigné au 3Y-LLC", a ajouté Amadou Lamine Traoré.

M. Traoré qui a rappelé plusieurs antécédents, où l’avion de Sénégal Air n’a pas respecté son niveau de vol a fait remarquer que "toutes les recherches autour de la dernière position connue de l’avion sont restées infructueuses".
 
"Sa structure ne peut pas déterminer les causes de l’accident des deux avions, en relevant que leur enquête est technique" a analysé Amadou Lamine Traoré qui a informé que le "contenu de l’enquête sera rendu public dans quelques jours".
 
Pour sa part, l’enquêteur désigné Adama Diaw a souligné le caractère "indépendant" de leur travaux.
 
BHC/PON