Ismaela Madior Fall prône la production d’informations sur le respect des droits humains
APS
SENEGAL-DROITSHOMMES

Ismaela Madior Fall prône la production d’informations sur le respect des droits humains

Dakar, 29 janv (APS) – Le ministre de la Justice, Ismaela Madior Fall, a insisté lundi à Dakar sur la nécessité de produire des informations sur le respect des droits humains pour permettre la rédaction des rapports destinés aux organes de suivi des traités.
 
Présidant la première réunion de l’année du Comité consultatif national sur les Droits humains (CCNDH), M. Fall a plaidé pour "un système de fourniture des données relatives aux droits humains plus éprouvé pour que les rapports soient produits à temps".
 
"C’est une question de mécanique, nous devons avoir les réflexes de production de ces informations pour combler les gaps de production des rapports mais également de suivi des recommandations issues des instances internationales relatives au respect des Droits humains", a dit le ministre.
 
Le Sénégal "n’a pas d’équation de respect des droits humains mais (…) un problème de production des informations", a-t-il fait savoir. "Ce n’est pas le système de protection des droits humains mis en œuvre qui pose problème mais plutôt le système d’informations relatives aux droits humains", a-t-il expliqué.
 
C’est pourquoi, il a relevé la nécessité de répertorier l’information et de la relayer à temps. Pour le ministre, "au fond le Sénégal n’a pas un problème de droits humains puisque dans le monde notre pays a les standards de garantie des droits humains les plus élevés y compris dans les pays européens".
 
"Il y a une vielle tradition de respect des droits humains dans notre pays qui a reçu pendant longtemps des réfugiés de l’Amérique latine, de Haïti, de l’Europe du Sud", a-t-il ajouté. 
 
La réunion s’inscrit dans une perspective de "réorganisation, de redynamisation du Conseil en vue de rendre son fonctionnement plus efficace", a soutenu Ismaela Madior Fall. Cette rencontre a pour objectif une meilleure anticipation sur l’élaboration du rapport national au titre du 3ème passage du Sénégal devant le Groupe de travail de l’examen périodique universel des droits de l’Homme en novembre 2018 et bien d’autres rapports destinés aux organes de suivi des traités.
 
Le CCNDH est un organe technique de collecte d’information et de rédaction de rapport.
 
"Le défi, ce n’est pas la rédaction des rapports mais surtout la mise en œuvre des recommandations", a dit le représentant régional Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Droits de l’Homme, du Bureau Afrique de l’Ouest, Andréa Ori.
 
Sur la question des droits de l’Homme, il a relevé des défis, notamment l’égalité entre homme femme, les violences basées sur le genre mais également la question des enfants de la rue.

ADL/ASB/ASG