Politique migratoire : un parlementaire préconise ’’une réaction proactive’’
APS
SENEGAL-SOCIETE

Politique migratoire : un parlementaire préconise ’’une réaction proactive’’

Dakar, 9 avr (APS) – Le président du groupe parlementaire Benno Book Yakaar à l’Assemblée Nationale, Aymerou Gningue a souligné, lundi, à Dakar, la nécessité d’avoir "une réaction proactive", pour prendre en compte les questions migratoires.
 
"Si nous ne prenons pas les dispositions idoines qui permettent de légiférer, (...) d’abord au niveau de nos pays, mais aussi au niveau de nos organisations sous régionales, nous allons supporter des coups qui seraient exorbitants. C’est pourquoi, il nous faut avoir une réaction proactive qui puisse permettre de prendre en compte ces questions de migration", a-t-il notamment dit.
 
M Gningue s’exprimait en marge de l’atelier sur une "journée nationale d’échanges entre les parlementaires et la société civile autour des enjeux de la politique migratoire nationale et de la gouvernance de la migration". 

"Informer et mobiliser les parlementaires en faveur des droits des migrants", est le thème de cette rencontre organisée par le Réseau pour la migration et le développement (REMIDEV), en partenariat avec l’Assemblée nationale.
 
M. Gningue a assuré que les parlementaires vont d’abord "réfléchir sur le document de travail qui va être discuté", puis "voir au niveau du parlement et avec toutes les parties prenantes la société civile" pour enfin "aller vers le vote d’une loi d’orientation qui puisse permettre de prendre en compte ces questions de migration".
 
"La question de la migration est une question de défense des droits humains", a estimé le parlementaire, ajoutant que "les personnes naissent mais ils ont le droit de migrer et d’aller où ils veulent et de revenir dans leurs pays".
 
Il a rappelé que les Sénégalais de l’extérieur contribuent à plus de mille milliards de FCFA à l’économie sénégalaise. Donc, a ajouté Aymerou Gningue, "il est normal que nos parlementaires puissent s’imprégner de ces questions pour que nous puissions porter ce combat au niveau national, mais aussi des organisations sous-régionales et des organisations régionales comme l’Union africaine".


NLC/ASB/OID