Gestion transfrontalière de l’eau : l’OMVS et l’OMVG primées
APS
SENEGAL-MONDE-EAU

Gestion transfrontalière de l’eau : l’OMVS et l’OMVG primées

Dakar, 21 déc (APS) - L’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS) et l’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Gambie (OMVG) sont à la tête d’un classement de 286 bassins de 146 pays dans le monde en matière de gestion de la coopération transfrontalière des ressources en eau.

Ce classement est effectué par think thank indien Strategic Foresight Group.

"Le Sénégal partage avec ses voisins l’OMVS et l’OMVG. Ces deux organismes ont été classés premiers à travers 146 pays sur les bassins transfrontaliers qui existent dans le monde. Cela veut dire que ce qui se fait en terme de gestion des risques entre les pays qui partagent ces bassins est très bien apprécié par le monde", a souligné le ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement , Mansour Faye.

Le ministre de l’Hydraulique s’adressait à la presse après la remise du rapport du Think Thank Indien Forsight Group au Premier ministre, Mahammed Boun Abdallah Dionne.

Pour le Président de Strategic Foresight Goup, Sundeep Waslekar, "c’est un honneur de remettre le rapport au Premier ministre. Ces deux organismes font un travail exceptionnel en termes de gestion des ressources en eau entre plusieurs pays".

Selon un document remis à la presse, le quotient de la coopération en ressources transfrontalières démontre que lorsque deux pays entretiennent une coopération active dans le domaine de la gestion des ressources en eau, "ils ne vont en guerre pour n’importe qu’elle prétexte".

Le Think Thank Strategic Foresight a défini le quotient de la coopération en ressources en eau transfrontalières comme première mesure d’évaluation dans le monde, de la gestion partagée des bassins hydrauliques transfrontaliers.

Ce classement qui regroupe 286 bassins sur 146 pays selon le haut commissaire de l’OMVS, Ahmed Diane Semega "montre le dynamisme de cette organisation marquée par la vision des pères fondateurs qui ont très vite compris l’enjeu des eaux transfrontalières".

"C’est une incitation à faire mieux et plus plutôt que de dormir sur nos lauriers", a-t-il ajouté.

Pour Elhadji Lassana Fofana, Haut commissaire de l’OMVG "ce prix est un défi lancé aux deux organismes. Le plus important ce n’est pas d’être premier mais d’y rester et de fournir plus d’efforts pour maintenir cet élan".

Ce rapport qui a récompensé l’OMVS et l’OMVG est le seul instrument qui fait l’analyse des risques de conflit et les possibilités de coopération entre les 146 pays ayant des cours d’eau partagés ou transfrontaliers.

Le quotient de la coopération en ressources en eau transfrontalières permet des recherches approfondies dans le cadre desquelles l’intensité de la coopération entre des pays qui partagent des ressources en eau est mesurée et évaluée, tout en faisant une distinction entre la coopération de base et active en matière de gestion de l’eau, les dynamiques techniques et politiques et, enfin les initiatives courantes et efficaces.

SKS/OID/ASB