Financement des projets de jeunes : un gap de 9 milliards de FCFA noté (CNJ)
APS
SENEGAL-JEUNESSE-FINANCEMENT

Financement des projets de jeunes : un gap de 9 milliards de FCFA noté (CNJ)

Tambacounda, 24 sept (APS) - Le président du Conseil national de la jeunesse (CNJ), Khadim Diop a fait état samedi à Tambacounda, d’un gap de 9 milliards de francs CFA pour financer tous les projets de jeunes dont les demandes sont en instance, auprès des agences dédiées à cette question.
 
Là où l’ensemble des demandes de financement de projet formulées par les jeunes se chiffrent à environ 12 milliards de francs CFA, le chef de l’Etat avait dégagé l’année dernière une enveloppe de 3 milliards pour le financement de projets à travers l’Agence nationale de promotion de l’emploi des jeunes (ANPEJ) l’année dernière, a relevé M. DIOP.
 
"Donc, il y a un gap de 9 milliards", a-t-il poursuivi non sans lancer : "ce que nous demandons à l’Etat, c’est d’appuyer la jeunesse par l’octroi d’autres fonds pour l’année 2018, en mettant une enveloppe de 10 milliards pour financer les autres jeunes".
 
Khadim Diop s’exprimait au terme d’un forum sur la cohésion sociale, la paix et les opportunités d’emploi, organisé par le Projet d’appui à la cohésion sociale et à la création d’opportunités d’emplois au Nord et à l’Est du Sénégal (PROCOSOC). 
 
Ce projet doit intervenir pendant un an dans ces domaines dans les régions de Matam et Tambacounda, avec le financement du PNUD et de la coopération japonaise. La rencontre regroupait au camp militaire Mamadou Lamine Dramé dans la commune de Tambacounda, des jeunes issus des deux régions bénéficiaires.
 
Pour le président du Conseil national de la jeunesse, malgré le fait que "l’Etat est en train de faire des efforts, (…) la demande est beaucoup plus forte".
 
Le nouveau président du Conseil national de la jeunesse qui dit placer son mandat sous la citoyenneté et l’emploi des jeunes, a appelé de tous ses vœux la mise en œuvre, "le plus rapidement possible", des mesures édictées par le Chef de l’Etat à l’issue du Conseil des ministres du 13 septembre dernier.
 
Il s’agit, entre autres, de la création de missions locales pour l’emploi et l’entreprenariat des jeunes dans toutes les communes, de la mise en place de bourses pour l’emploi rapide des jeunes.
 
Le Conseil national des jeunes accompagnera l’Etat dans ces initiatives, a-t-il assuré.
 
Khadim Diop a appelé les collectivités locales, les mairies et les conseils départementaux notamment, à soutenir les démembrements du Conseil national de la jeunesse, comme le leur demande le Code des collectivités locales en ses articles 308 et 309. 
 
"On ne peut pas parler d’émergence si 65% de la population (constitués de jeunes) ne créent pas de richesses", a-t-il souligné, estimant que l’Etat du Sénégal l’a compris, en faisant des efforts dans les domaines de la formation et de l’emploi des jeunes, à travers des instruments comme l’ANPEJ, le PRODAC, le PAPEJ et le 3FPT.
 
Mamadou Kassé, directeur général de la SNHLM, a aussi placé cette rencontre dans un contexte favorable, suite au communiqué du conseil des ministres du 13 septembre qu’il a jugé "historique", et qui fait état d’un programme d’urgence dédié à l’emploi des jeunes.
 
Pour lui, le fait de dédier ministère plein à l’emploi des jeunes à l’issue du dernier remaniement ministériel en date, dénote de la volonté du président de la République, dans ce domaine, tout comme la création d’une délégation générale pour l’emploi rapide des jeunes et des femmes. 
 
"Le président, a-t-il souligné, a parlé d’un élan national pour l’emploi des jeunes qu’il faudra mettre en œuvre."
 
M. Kassé a invité les jeunes de Matam et de Tambacounda qui ont pris part à ce forum, à "saisir la balle au rebond et à donner un contenu à toute cette vision".

ADI/ASB