Une étude préconise l’intégration de la question de la non violence dans le PAQUET
APS
SENEGAL-EDUCATION-GENRE

Une étude préconise l’intégration de la question de la non violence dans le PAQUET

Dakar, 13 juin (APS) - L’intégration de la question de la promotion du genre, de la non-violence dans le Programme d’amélioration de la qualité, de l’équité et de la transparence dans l’éducation (PAQUET) "doit être une réalité pour permettre une meilleure scolarisation des filles", recommande une étude.

Sous l’égide du Forum des éducatrices africaines (FAWE), cette étude menée dans les régions de Sédhiou et Ziguinchor, a permis par une enquête de terrain d’analyser l’état de la scolarisation des filles en "proie à des violences basées sur le genre", a expliqué le chef du projet, Adama Mbaye, mercredi, lors d’un point de presse, à Dakar.
 
Les résultats de cette étude montrent selon lui que les principaux obstacles au maintien des filles restent les grossesses précoces, les mariages précoces ainsi que les travaux domestiques.
 
Ainsi 72,2 des élèves de l’académie de Sédhiou et 64,1% des enseignants interrogées affirment que les violences basées sur le genre ont cours dans leur collège, a-t-il rapporté.
 
Le FAWE a choisi de mener cette étude en collaboration avec l’organisation "Equal Mesures 2030" à partir de novembre 2017, dans le but de disposer de "données concrètes" pour la conduite d’un plaidoyer national sur l’équité et l’égalité de genre au Sénégal, a expliqué Adama Mbaye.
 
Le FAWE compte ainsi contribuer à "une meilleure connaissance des textes sur l’obligation scolaire de 10 ans et la note circulaire sur la gestion des grossesses en milieu scolaire".
 
Après les régions de Sédhiou et Ziguinchor, "très touchées par les violences basées sur le genre en milieu scolaire", elle compte élargir l’étude à l’échelle nationale pour disposer d’un "argumentaire fort", dans le cadre du plaidoyer en faveur de l’équité et de l’égalité de genre.
 

ADL/BK