Des cadres casamançais pour une voie de contournement de la Gambie différente de celle devant passer par Tambacounda
APS
SENEGAL-SOCIETE-DESNCLAVEMENT

Des cadres casamançais pour une voie de contournement de la Gambie différente de celle devant passer par Tambacounda

Dakar, 16 janv (APS) - La Convergence pour le désenclavement et le développement de la Casamance (CDDC) invite le président de la République Macky Sall à travailler à la matérialisation d’une voie de contournement de la Gambie sur 571 kilomètres, différente de celle devant passer par Tambacounda (est).
 
Cette perspective préviendrait un éventuel "dysfonctionnement" du transport entre les deux pays, en raison du contentieux postélectoral prévalant dans ce pays frontalier du Sénégal, a soutenu son coordonnateur, Cherif Sambou Bodian, lundi, au cours d’une conférence de presse, à Dakar.
 
"L’absolue solution demeure la construction d’une voie de contournement de la Gambie" sur 571 kilomètres, "bien différente de celle qui passe par Tambacounda avec plus de 900 kilomètres, et qui pour nous habitants des régions de Sédhiou et Ziguinchor, est un grand tour et non une voie de contournement", a-t-il dit.
 
Le coordonnateur de la Convergence pour le désenclavement et le développement de la Casamance (CDDC) a pointé les conséquences du contentieux électoral en Gambie, "déjà perceptibles à travers l’angoisse des Casamançais qui prévoient une aggravation de leur situation socioéconomique à cause encore une fois du dysfonctionnement du transport entre la Casamance et le reste du pays et l’accélération du flux de refugiés qu’une intervention militaire pourrait certainement provoquer".
 
"On a fait une tournée il ya dix jours en Casamance, les populations ont peur des répercussions de l’élection en Gambie sur leur économie notamment sur le transport", a indiqué M. Bodian.
 
Selon le secrétaire général de la CDDC, "déjà en 2016, le transport vers la Casamance avait connu deux dysfonctionnements majeurs dont le dernier fut le fameux blocus qui a duré deux mois".
 
Il a rappelé que le président de la République avait "promis en février 2015, la construction d’une voie ferrée reliant Dakar à Ziguinchor", notant que "quelques efforts de désenclavement de la zone sud ont été enregistrés".
 
Il s’agit de la réception des navires "Aguène" et "Diambogne’’, de la réduction de 50 % du tarif de la classe économique de la desserte maritime Dakar-Ziguinchor, du début du renouvellement du parc automobile dans la commune de Ziguinchor, entre autres.
 
Dans cette perspective, la Convergence pour le désenclavement et le développement de la Casamance invite le président de la République, Macky Sall, à "définir une véritable politique de désenclavement pour la Casamance", selon son secrétaire général.
 
SKS/BK