Thiès : les personnes vivant avec un handicap sollicitent un accompagnement
APS
SENEGAL-SANTE-COVID-19

Thiès : les personnes vivant avec un handicap sollicitent un accompagnement

Mbour, 28 mars (APS) – Mamadou Fall, président de la Fédération régionale des associations de personnes vivant avec un handicap de Thiès (centre) a invité samedi les pouvoirs et autres bonnes volontés à les accompagner pour leur permettre de pouvoir participer ‘’activement’’ à la lutte contre la propagation du coronavirus.

 
‘’Avec l’apparition du COVID-19, nous vivons une situation très difficile. Nous, en tant que membres à part entière de la population, adhérons certes à la politique de l’Etat, avec notamment les mesures édictées par les autorités, mais c’est avec beaucoup de difficultés que nous vivons cette situation’’, a affirmé M. Fall dans un entretien avec l’APS.
 
Selon Mamadou Fall, qui salue les efforts de l’Etat pour ‘’freiner la propagation inquiétante’’ du coronavirus, la majeure partie des personnes vivant avec un handicap ne vivent que de la mendicité et de l’appui de bonnes volontés.
 
‘’Si on décide de fermer les marchés, gares routières, quais de pêche et autres lieux publics, cela ne nous convient nullement, parce que pour pouvoir nourrir nos familles, nous devons sortir tendre la main’’, a expliqué Mamadou Fall par ailleurs président de la Fédération départementale des associations de personnes vivant avec un handicap de Mbour (ouest).
 
En cette période de propagation de cette pandémie, M. Fall demande à ses membres de ne pas tendre la main nue mais de prendre toutes les précautions utiles, avec l’utilisation de matériel de protection et de produits de désinfection comme le gel antibactérien, afin d’éviter d’éventuelles contaminations à la maladie du coronavirus.
 
‘’Nous sommes des pères et des mères de famille qui devons participer à l’effort de sensibilisation pour une meilleure prévention de la maladie, mais les moyens nous font défaut’’, a-t-il souligné. 
 
C’est pourquoi, a-t-il plaidé, ‘’nous demandons aux autorités centrales, aux responsables de collectivités et autres bonnes volontés de penser aux personnes vivant avec un handicap quand il s’agit de distribuer des produits, du matériel de protection et des vivres. Parce que nous faisons partie des couches les plus vulnérables, si nous ne sommes pas les plus vulnérables de la société’’.
 
‘’Quand la situation sera beaucoup plus difficile, nous ne le souhaitons pas, il nous sera quasi impossible de sortir de chez nous. Et si nous ne pouvons sortir, nourrir nos familles devient un véritable problème. Parce que si nous sommes épargnés par le virus, nous pouvons être atteints par ce virus qui s’appelle sous-alimentation’’, a insisté Mamadou Fall.
 
 
 

ADE/MD