Thiès : d’ex-agents de l’UDE réclament trois mois d’arriérés de salaire
APS
SENEGAL-ASSAINISSEMENT-SOCIAL

Thiès : d’ex-agents de l’UDE réclament trois mois d’arriérés de salaire

Thiès, 9 juil (APS) - D’ex-travailleurs de la société Urbaine d’entreprise (UDE) ont tenu un sit-in ce vendredi à Thiès, pour réclamer trois mois d’arriérés de salaire à leur ancien employeur, a constaté l’APS.
 
Au nombre de 35 balayeuses et 20 collecteurs, ces travailleurs ont rompu avec l’UDE, après être restés trois mois sans salaire, a déclaré Mariama Coly, une des membres de ce groupe d’ex-employés de l’UDE.

Elle indique qu’ils ont été recrutés depuis le début du mois par l’Unité de coordination et de gestion des déchets solides (UCG).
 
Arborant des brassards rouges, certains d’entre eux se sont retrouvés devant le dépôt de camions de leur société, sis non loin du centre-ville. 
 
"Nous sommes fatigués, il y a parmi nous des pères et des mères de famille qui n’ont pas encore acheté de mouton, ni les ingrédients pour la Tabaski, qui est une grande fête pour la communauté musulmane", a indiqué Mariama Coly à la presse.
 
Selon Mme Coly, l’entreprise doit 150.000 francs CFA à chacun des travailleurs, à qui elle payait 1.200 francs la journée, soit 50.000 par mois. 
 
Le responsable local de l’entreprise avait promis de payer les mois d’avril et de mai et de laisser l’UCG leur verser celui de juin. A l’arrivée, ils n’ont rien reçu, selon Mariama Coly. 
 
En l’absence de contrat de travail, les employés disent ne pouvoir recourir ni à l’inspection du travail ni au tribunal du travail, a dit Diébel Dieng, un des ex-travailleurs de l’UDE.
 
Adama Barry, lui aussi membre du groupe, explique que les éboueurs s’étaient contentés d’un "contrat de confiance", pas finalement respecté par leur employeur. 
 
Un responsable de l’entreprise joint par téléphone par l’APS et qui a requis l’anonymat annonce que les travailleurs seront payés "la semaine prochaine".

Il explique que l’entreprise attend d’être payée par l’Etat avant de pouvoir remettre à ces travailleurs leurs pécules aussi bien à Thiès que dans d’autres régions.
 
Selon ce responsable, c’est en 2013 que l’UDE a été choisie dans le cadre du Programme national de gestion des déchets (PNGD), pour faire des prestations dans plusieurs villes du pays.
 
Rien que pour la région de Thiès, dit-il, la masse salariale avoisine les 50 millions. Il précise que les salaires des seuls employés de cette ville, qui s’élèvent à moins de 10 millions de FCFA, peuvent être facilement payés par l’entreprise.
 
Cependant, il estime qu’il y a une obligation d’attendre l’arrivée des chèques pour régler la facture pour tout le monde en même temps.
 
Il a précisé que ce genre de retard survient "pour la première fois" depuis le début du projet en 2013.

Interrogé sur l’absence de contrat pour les travailleurs, il n’a pas souhaité se prononcer. 

ADI/ASG/BK