Le gouvernement disposé à dialoguer avec les syndicats (ministre)
APS
SENEGAL-SOCIETE

Le gouvernement disposé à dialoguer avec les syndicats (ministre)

Saly-Portudal (Mbour), 29 déc (APS) – Le ministre du Travail, du Dialogue social, des Organisations professionnelles et des Relations avec les institutions, Samba Sy, a réaffirmé jeudi la disponibilité du gouvernement à dialoguer avec les organisations syndicales.
 
Cette démarche est mue par la volonté de faire en sorte que le Sénégal reste "un pays apaisé", a-t-il expliqué à Saly-Portudal (Mbour, ouest), où il présidait les travaux d’un atelier d’évaluation des activités de 2017 et de définition de la programmation pour 2018 de son ministère.
 
Samba Sy s’est voulu rassurant en affirmant que le climat social qui prévaut actuellement au Sénégal "n’est pas du tout inquiétant".

"Nous avons aussi accueilli d’importantes rencontres à l’échelle internationale, entre autres activités" qui constituent des "motifs de satisfaction. En perspectives, nous voulons un dialogue social renforcé, de qualité, qui nous permettrait d’avoir suffisamment de quiétude pour continuer à cheminer", a-t-il encore déclaré.
 
Soulignant que le Sénégal traverse un moment important, M. Sy estime qu’il est essentiel qu’il y ait un maximum de synergies et d’investissements de la part de tous les Sénégalais.
 
"Cela [implique] que nous parlions tous les jours, que tout ce qui est exigé et qui peut se faire soit fait mais également que nous n’ayons pas les yeux plus gros que le ventre. Parce que ça nous amènerait à avoir des prétentions qui seraient hors de portée et qui nous retarderaient", a indiqué Samba Sy
 
"Il est tout à fait normal qu’il y ait des préavis qui soient déposés. Un préavis, c’est une annonce par laquelle une organisation de travailleur dit que si je n’ai pas de réponse à un certain nombre de questions que je pose dans un délai, en principe d’un mois, voilà ce que je compte faire", a expliqué le ministre du Travail.
 
Il a tiré "un bilan élogieux" des activités de son département pour la période 2017, reconnaissant néanmoins des problèmes liés à l’étendue des exigences par rapport à la disponibilité des moyens à leur disposition.
 
"C’est un bilan élogieux. Nous nous rendons compte que nous avons beaucoup fait, mais nous souhaitons ne pas dormir sur nos lauriers, parce que nous voulons aller de l’avant en termes de dialogue social, de contrôle du travail décent et d’offrir les conditions qui permettraient à notre pays de relancer l’outil de production", a affirmé M. Sy.
 
Il a rappelé que son département a réussi à tenir une conférence sociale importante, à organiser des élections de représentativité non seulement pour les centrales syndicales, mais aussi pour les organisations de branche. 

ADE/ASG/ASB