Ouverture d’un atelier sur la redynamisation de la CCPA, ce jeudi
APS
SENEGAL-CONSOMMATION-REGULATION

Ouverture d’un atelier sur la redynamisation de la CCPA, ce jeudi

Dakar, 28 mars (APS) - Un atelier sur la redynamisation de la commission de contrôle des produits alimentaires (CCPA) a démarré ce jeudi, à Dakar, à l’initiative du ministère du commerce, en partenariat avec les Etats-Unis dans le cadre du projet ’’ Trade for Africa’’, a constaté l’APS.

 
La rencontre a enregistré la participation de beaucoup d’acteurs qui s’activent dans la gestion et l’évaluation des risques sanitaires.
 
’’Il est dommage de constater que la CCPA se trouve (actuellement) plongé depuis quelques années, dans une léthargie qui n’a que trop duré’’, a souligné le secrétaire général du ministère du Commerce, Makhtar Lakh, venu représenter le ministre Alioune Sarr.
 
Selon M. Lakh, la commission de contrôle des produits alimentaires, prévue dans la loi numéro 66-48 du 27 mai 1966, joue un rôle capital en matière de sécurité des produits alimentaires, en dépit de sa léthargie.
 
Cet atelier, a-t-il estimé, va ’’susciter à nouveau la réflexion de la part de toutes les parties prenantes autour de la redynamisation de la CCPA.’’
 
’’ Ce besoin est encore plus actuel aujourd’hui avec la récurrence des problèmes de sécurité sanitaire des aliments auxquels tous les gestionnaires de risques devront faire face, avec souvent des moyens limités face à des exigences de plus en plus fortes’’, a relevé M. Lakh.
 
Aussi, le Directeur du commerce intérieur, Ousmane Mbaye, a déclaré que la redynamisation de la commission devra permettre ’’une meilleure coordination des interventions de l’Etat dans la gestion et l’évaluation du risque dans la sécurité alimentaire’’.
 
’’Jusque-là les acteurs travaillaient de façon disparate. D’où l’impérieuse nécessité de coordonner et de définir même des actions liées à l’évaluation et la gestion des risques sanitaires’’, a-t-il dit.
 
Ousmane Mbaye a également indiqué qu’au sortir de cet atelier les résolutions seront remises à l’autorité pour validation.
 
De même, il a rappelé qu’une réflexion est engagée pour la mise en place d’un code de la consommation destiné à prendre en charge la sécurité des consommateurs avec un élargissement aux jouets d’enfants et aux produits cosmétiques qui présentent par moments des risques élevés.
 

SMD/MD