Vih/sida : La mobilité des femmes dans les sites d’orpaillage plombe les efforts dans la prise en charge de la PTME (sage-femme)
APS
SENEGAL-SANTE

Vih/sida : La mobilité des femmes dans les sites d’orpaillage plombe les efforts dans la prise en charge de la PTME (sage-femme)

  De l’envoyé spécial de l’APS : Abdoulaye Iba Faye

Kédougou, 19 mai (APS) – La mobilité des femmes dans les sites d’orpaillage plombe les efforts de la prise en charge de la Transmission mère-enfant du Vih (PTME) avec un taux moyen de 30 % de perdues de vue a analysé la coordinatrice en santé de la reproduction à la région médicale de Kédougou, Fatou Traoré Dembélé.
 

"Souvent elles commencent leur grossesse ici et pour l’accouchement elles retournent à leurs pays d’origine, parce qu’étant pour la plupart des guinéennes ou des maliennes" a expliqué la sage-femme.
 
Elle s’exprimait ainsi en recevant récemment une équipe du Conseil national de lutte contre le Sida (CNLS) en compagnie de membres de l’Association des journalistes en Santé, Population et Développement (AJSPD) dans la région de Kédougou pour documenter des activités sur la PTME.
 
Selon Mme Dembélé, également point focal sur la Transmission mère-enfant du Vih à Kédougou, "ces femmes une fois dans leur pays d’origine pour l’accouchement, ne se signalent pas comme étant séropositives".
 
"Donc, elles reviennent 2 à 3 mois après l’accouchement et, de fait, leurs enfants ne bénéficient pas de la prophylaxie pour le traitement préventif pour l’enfant, ni pour la sérologie de 14 mois" a-t-elle regretté.
 
Raison pour laquelle, dit-elle d’ailleurs, les bajénu gox (marraines de quartier) ont été formées sur la PTME communautaire et sont également utilisées pour faire les visites à domicile et de la sensibilisation dans les ménages.
 
"Les prestataires qualifiés sont chargés de rechercher les perdues de vue" a dit Fatou Traoré Dembélé, faisant noter qu’elle a en ce moment "une cohorte dépistée de 18 femmes enceintes séropositives dont 12 sous traitement antirétroviral (ARV)".
 
De même, a signalé Mme Dembélé, le taux de femmes séropositives mises sous ARV est de 47 % pour l’ensemble des 3 districts de la région (Kédougou, Saraya et Salémata).
 
S’agissant de la prise en charge de la PTME, "rien que pour le premier trimestre de 2018 la région de Kédougou à un taux de réalisation de 42,05 % par rapport à l’objectif attendu" a expliqué la sage-femme, précisant que la décentralisation de la prise en charge est effective à Kédougou.
 
"Même le test est disponible dans tous les Points de prestation de service (PPS) de la région et toutes les sages-femmes avaient été formées sur le paquet complet (la prise en charge, le dépistage) mais avec la mobilité des sages-femmes la moitié a quitté la région" a-t-elle dit.
 
"Ce qui fait que nous avons un besoin en formation des nouvelles sages-femmes et des infirmiers qui sont en poste actuellement dans les PPS" a encore plaidé la coordonnatrice SR de la région médicale de Kédougou.
 

LTF/PON