Vers la décentralisation des activités du Centre national d’appareillage et d’orthopédie
APS
SENEGAL-SANTE

Vers la décentralisation des activités du Centre national d’appareillage et d’orthopédie

Dakar, 12 nov (APS) - Les activités du Centre national d’appareillage et d’orthopédie (CNAO) seront décentralisées dans les régions, avec la construction ou la réhabilitation de bâtiments destinés à rendre ses prestations accessibles aux populations locales, a appris l’APS de source officielle.
 
Le financement, déjà acquis par l’Etat du Sénégal, est intégré dans le plan d’investissement sectoriel et de réformes qui va bientôt être adopté, a annoncé le directeur de cabinet du ministre de la Santé et de l’Action sociale, Alphonse Ousmane Thiaw.
 
Ce plan permettra à l’horizon 2021 de commencer la construction et la réhabilitation de locaux, et même l’équipement pour les rendre fonctionnels, a dit le représentant du ministre de la Santé à l’inauguration jeudi de la nouvelle salle de rééducation du CNAO.
 
Les premières régions ciblées dans le cadre de la première phase sont Saint-Louis, Thiès, Tambacounda et Ziguinchor. 
 
Venu présider la cérémonie d’inauguration de la nouvelle salle de rééducation construite pour un coût de 75 millions de francs CFA par l’Etat du Sénégal, Alphonse Ousmane Thiaw a rappelé qu’en tant qu’établissement spécialisé dans la rééducation et la réadaptation fonctionnelle, le CNAO a eu à bénéficier d’un accompagnement de la part l’Agence de coopération et de coordination turque, Tika.
 
Celle-ci a procédé à l’équipement de la salle de sport, la formation des kinésithérapeutes à Ankara et l’extension et l’équipement de la salle de prise en charge des enfants atteints d’infirmité motrice et cérébrale. Elle a aussi permis le relèvement du plateau technique du service d’appareillage avec du matériel de haute technologie.
 
Unique structure de référence du pays en matière de rééducation et réadaptation fonctionnelle, le centre assure à ce titre la prise en charge globale de tous les patients souffrant de pathologies chroniques ou de ses conséquences au Sénégal mais aussi dans la sous-région, a dit sa directrice, Dr Oumou Bâ Mbacké.
 
Les statistiques globales font état de 6.000 patients par an pour la rééducation et le ré-appareillage, a-t-elle dit. En effet, au vu de de la recrudescence de ces pathologies et compte tenu d’une demande de plus en plus croissante, il a été jugé fondamental de mettre en place une salle de sport dans ‘’la logique de la continuité de la rééducation’’.
 
Elle a souligné aussi la nécessité de relever certains défis pour le centre, citant entre autres le renforcement en personnel qualifié, notamment des orthoprothésistes, le renforcement des composants orthopédiques et la réduction des délais d’attente des patients.

ADL/ASG/MD