Plaidoyer pour l’instauration d’une journée nationale de lutte contre la mortalité maternelle
APS
SENEGAL-SANTE

Plaidoyer pour l’instauration d’une journée nationale de lutte contre la mortalité maternelle

Dakar, jan (APS) - Le Réseau des parlementaires en population et développement a plaidé, mercredi à Dakar, pour l’instauration d’une journée nationale de lutte contre la mortalité maternelle, néonatale et infanto-juvénile dans le but d’intensifier la sensibilisation à cette problématique.
 
"Nous invitons le gouvernement du Sénégal à travers le ministère de la Santé à bien vouloir institutionnaliser la journée nationale contre la mortalité maternelle, néonatale et infanto-juvénile avant la fin de la présente législature", a souligné la députée Mame Mbayame Dionne, qui présentait la résolution pour l’institutionnalisation de ladite journée.
 
La parlementaire intervenait lors de l’adoption et la remise officielle de la résolution pour l’institutionnalisation d’une journée nationale contre la mortalité maternelle, néonatale et infanto juvénile à l’Assemblée nationale.
 
La coordonnatrice du Réseau des parlementaires en population et développement, Mously Diakhaté , a indiqué que les députés de la 12 ème législature "ont eu à mener 14 fora dans 11 régions du Sénégal pour recueillir les préoccupations des communautés".
 
"Nous pensons que la lutte contre la mortalité maternelle doit fédérer tous les acteurs", a soutenu Mme Diakhaté. 
 
Elle a souligné que les parlementaires veulent, à travers l’institutionnalisation de cette journée, renforcer davantage "la sensibilisation sur la mortalité maternelle qui, malgré des progrès importants, enregistre un taux de 315 décès maternels sur 100.000 naissances vivantes".
 
Revenant sur ce processus, la représentante résidente du Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) au Sénégal a rappelé que "la commission santé de l’Assemblée nationale s’est engagée depuis deux ans à sensibiliser sur la mortalité maternelle".
 
"Pour que le Sénégal puisse capturer le dividende démographique et profiter de sa population jeune, on doit continuer cette lutte pour qu’aucune femme ne meurt", a-t-elle ajouté.
 
Pour sa part, le directeur de la santé de la reproduction et de la survie de l’enfant, Docteur Mamadou Bocar Daff, a indiqué que "malgré les efforts importants, le taux de mortalité reste élevé. Nous voulons atteindre d’ici 2030 moins de 70 décès maternels pour 100.00 naissances vivantes".
 
"Nous devons accélérer nos actions pour davantage lutter contre la mortalité maternelle. L’instauration de cette journée est un puissant levier de sensibilisation sur la mortalité maternelle", a précisé Dr. Daff qui a reçu la résolution des mains de la députée Mously Diakhaté pour le ministre de la Santé.

SKS/ASB/ASG