Vaccination à Ranérou : plaidoyer pour une sensibilisation des transhumants
APS
SENEGAL-SANTE

Vaccination à Ranérou : plaidoyer pour une sensibilisation des transhumants

 +++De l’envoyé spécial de l’APS : Abdoulaye Iba Faye+++


Ranérou, 5 août (APS) – Le superviseur des soins de santé primaire (SSP) du district sanitaire de Ranérou, Mouhamadou Ndaw, a plaidé en faveur d’une bonne politique de communication pour permettre aux enfants de transhumants, perdus de vue, de pouvoir faire leur rappel vaccinal antirougeoleux-antirubéoleux (RR)2.
 
’’Le cap doit être mis sur l’information et la sensibilisation afin qu’on puisse atteindre pour le RR2 des couvertures d’au moins 90%’’ a-t-il expliqué dans un entretien avec l’APS, indiquant que le département de Ranérou compte beaucoup de transhumants.
 
’’Ils sont souvent à la recherche de pâturage ce qui fait que parfois nous enregistrons des perdus de vue qui disposent de leur carnet vaccinal et peuvent aller dans n’importe quel autre structure de santé pour faire le RR2’’, a-t-il dit.
 
Ranérou est un vaste département qui a une superficie de 15700 Km2 pour 4 habitants au km2. ’’Donc il n’est pas facile d’atteindre tous les villages qui sont pour la plupart dispersés’’ a confié le SSP.
 
A l’en croire, 37 % de la population est mobile, 26% en stratégie avancée et 26% en stratégie fixe. Et, dit-il, pour atteindre les objectifs qui sont fixés par le niveau central, ’’il nous faut être mobile et disposer de véhicules et de motos pour couvrir le maximum d’enfants’’.
 
Il a déploré l’état des routes et l’éloignement de certains postes de santé qui se trouvent à plus de 150 km du centre de référence. Ce qui n’est pas évident, parce que souligne-t-il encore, le plus proche poste de santé se trouve à 25 km.
 
De surcroit, note le SSP du district sanitaire de Ranérou, l’hivernage ne favorise pas l’accessibilité de certains postes qui sont coupés et ne permettent pas ainsi aux équipes mobiles de pouvoir s’y rendre.
 
’’Il est vrai que nous voulons une meilleure couverture vaccinale, mais nous avons de bons taux de couverture qui se situent à environ 90% par rapport à tous les antigènes, sauf au niveau de la R2 où nous n’avons que 88% de couverture’’, a fait comprendre Mouhamadou Ndaw.
 
’’C’est seulement dû à un manque de sensibilisation par rapport au retour des mamans pour faire faire à leurs enfants le RR2 qui ne s’administre qu’à partir du 15-ème mois de l’enfant. Voila pourquoi nous insistons sur la communication et la sensibilisation’’, confie-t-il encore.
 
M. Ndaw recevait des membres de l’Association des journalistes en santé, population et développement (AJSPD), en collaboration avec le Service national d’éducation et d’information sur la Santé (SNEIPS) qui y effectuent une visite d’évaluation de terrain sur la couverture vaccinale.
 

LTF/OID