Un universitaire sénégalais optimiste sur la pré-élimination du paludisme
APS
SENEGAL-SANTE

Un universitaire sénégalais optimiste sur la pré-élimination du paludisme

+++De l’envoyé spécial de l’APS : Birane Hady Cissé+++

 
Accra (Ghana), 3 juil (APS) - Il est possible de parvenir à une pré-élimination du paludisme dans le nord et le centre du Sénégal, à l’horizon 2020, a affirmé, lundi à Accra (Ghana), le directeur du Malaria research capacity developpement in West and Central Africa (MARCAD) de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar(UCAD), Professeur Oumar Gaye.
 

‘’Nous pensons effectivement, avec les programmes que nous avons-l’administration de masse, avec les nouveaux outils de suivi du diagnostic, entre autres- nous pouvons espérer aller, au nord et au centre, vers l’élimination du paludisme dans les délais fixés vers 2020’’, a-t-il dit.
 

Le Pr Gaye s’exprimait dans un entretien avec l’APS, en marge de la deuxième rencontre annuelle de l’Alliance pour l’accélération de l’excellence en science en Afrique (AESA).

‘’ [...] Si on parle de la pré-élimination, le nord et le centre du Sénégal sont à des niveaux de prévalence extrêmement bas. Cela est unique’’, s’est félicité le chef du département de parasitologie de la Faculté de médecine, de pharmacie et d’odontostomatologie de l’UCAD.
 
Selon lui, pour les autres zones, il faudra ‘’mettre beaucoup de temps’’ pour parvenir à cet objectif, parce que les conditions épidémiologique sont différentes.

 ‘’Nous allons continuer à y aller, mais déjà nous pouvons être optimistes. Les niveaux de prévenance que nous avions il y a 10 ans, ont diminué. De 40%, nous sommes à 10%’’, a précisé le directeur du MARCAD.

Insistant sur son optimisme quant à une élimination du paludisme au Sénégal, le Pr Gaye a plaidé pour davantage de moyens financiers.
 
‘’ Beaucoup de nos stratégies sont financées par l’extérieur. Il nous faut maintenant des financements domestiques et locaux pour consolider les acquis’’, a-t-il martelé.

BHC/ASG