Un universitaire se penche sur l’acuité des soins d’urgence dans les structures sanitaires
APS
SENEGAL-SANTE

Un universitaire se penche sur l’acuité des soins d’urgence dans les structures sanitaires

Diourbel, 4 dec (APS) - Les soins d’urgence se posent avec acuité parce que la population devient plus exigeante, vit plus longtemps et les problèmes d’urgence vont augmenter avec les maladies chroniques et les accidents de la circulation a indiqué, lundi à Diourbel, le professeur Mamadou Diarra Guèye.


"Les soins d’urgence se posent de plus en plus parce que la population devient plus exigeante et les problèmes d’urgence vont augmenter avec les maladies chroniques et les accidents de la circulation" a soutenu Pr Guèye.

Il s’exprimait lors de revue conjointe de suivi et de surpervision des urgences tenue à la salle de conférence de la gouvernance de Diourbel.

Selon le professeur Guèye, "la demande sociale qui devient plus forte au niveau des urgences nécessite des procédures et des règlements".

La région de Diourbel, a-t-il dit, est "confrontée au problème des urgences de par l’étendue, l’importance des manifestations religieuses et des grands rassemblements, mais également de par la place centrale qu’elle occupe dans le pays".

L’universitaire qui s’est aussi prononcé sur la médecine d’urgence exercée, a souligné la nécessité de former les agents en fonction dans les structures de santé.

"On ne peut pas résoudre les urgences sans la communauté qui permet de prendre les urgences précocement, depuis le domicile et à organiser l’admission à l’hôpital", a-t-il dit à ce propos.

Revenant sur la problématique de la gestion des urgences, le professeur Guèye a indiqué que "la méconnaissance du rôle du SAMU et le manque d’organisation dans les structures créent les frustrations des populations et des soignants".

"Les urgences doivent trouver des modes de financement corrects, miser sur des ressources humaines de qualité (médecins, urgentistes, etc.) et renforcer les régions pour une meilleure gestion des urgences" a-t-il dit. 

Pour sa part, le médecin-chef de la région médicale de Diourbel, le docteur Balla Mbacké Mboup qui participait aux travaux, a plaidé pour un renforcement des spécialistes, la mise en place d’un système de régulation et de coordination avec la création d’un centre d’appel.

Il a aussi appelé à la construction de SAMU aux normes dans toutes les structures sanitaires de la région pour une meilleure gestion des urgences.


ID/PON