Un spécialiste prône la prévention contre l’insuffisance rénale chronique
APS
SENEGAL-SANTE

Un spécialiste prône la prévention contre l’insuffisance rénale chronique

Pikine, 30 mars (APS) – La meilleure stratégie de lutte contre l’insuffisance rénale chronique, compte tenu de la cherté de la dialyse, doit se baser sur la prévention, a estimé mardi, le professeur Abdou Niang, coordonnateur du Centre de dialyse Saliou Fall, à l’Hôpital de Pikine (banlieue de Dakar). 
 
"Le problème est qu’il y a 2.000 nouveaux cas chaque année, mais nous ne prenons que 10% en dialyse. Mais vu la cherté des coûts de la dialyse, la stratégie doit se baser sur la prévention qui va permettre à moins de Sénégalais de souffrir et surtout à moins de Sénégalais d’arriver au stade de dialyse", a-t-il indiqué.
 
Il s’exprimait en marge de la cérémonie de signature de convention de mécénat entre son Centre logé à l’Hôpital de Pikine et la Fondation Sonatel, qui contribuera à la prise en charge des frais médicaux des insuffisants rénaux à revenus modestes et des cas sociaux.
 
"La maladie rénale chronique est estimée à 5 % de la population sénégalaise. Cela veut dire qu’il y a près de 750. 000 Sénégalais qui souffrent de la maladie rénale chronique, malheureusement, la majorité ne se connait pas malade. C’est pourquoi, il est extrêmement important de dépister et de sensibiliser", a dit le spécialiste.
 
"Aujourd’hui, les estimations donnent 850.000.000 de personnes dans le monde qui souffrent de maladie rénale chronique. C’est pour ça qu’aujourd’hui, c’est un véritable problème de Santé publique qui nécessite une très grande sensibilisation", a-t-il ajouté.
 
Le professeur Niang a toutefois salué les efforts consentis au Sénégal, ces dernières années, en matière de construction de centres d’hémodialyse.
 
"Il y a 20 ans, il y avait un seul centre d’hémodialyse au Sénégal et c’était à l’hôpital Aristide Le Dantec. Aujourd’hui, nous avons près de 25 centres d’hémodialyse sur l’ensemble du territoire, mais ça concerne les patients qui sont en insuffisance rénale chronique terminale et qui ont besoin de dialyse", a-t-il fait savoir.
 
Sur les mesures efficaces de prévention contre l’insuffisance rénale, il a conseillé les populations de s’adonner aux exercices physiques, mais à surtout veiller sur leur hygiène alimentaire en consommant notamment moins de sel, de sucre et d’huile.
 
Selon lui, il est déconseillé l’utilisation de produits toxiques traditionnels, le tabac et l’alcool.
 
SG/ASB/MD