Un institut sénégalais se déclare compétent pour diagnostiquer le coronavirus
APS
SENEGAL-SANTE

Un institut sénégalais se déclare compétent pour diagnostiquer le coronavirus

Diamniadio, 5 mars (APS) - L’Institut de recherche en santé de surveillance épidémiologique et de formation (IRESSEF), basé à Diamniadio (ouest), a la technologie et l’expertise lui permettant de faire des tests de diagnostic sur le coronavirus, a assuré jeudi son président-fondateur, le scientifique sénégalais Souleymane Mboup. 
 
‘’Nous avons toutes les dispositions pour faire des tests sur le (…) coronavirus, mais également pour participer à des projets de recherches sur l’épidémie. Nous avons toutes la technologie et l’expertise qui nous permettent de faire le diagnostic du coronavirus’’, a soutenu M. Mboup.
 
Ce médecin de renom, qui a contribué à la découverte du VIH 2, un virus du sida actif surtout en Afrique, s’entretenait avec des journalistes à la fin d’une visite des laboratoires de l’IRESSEF, institut ouvert à Diamniadio, dans la région de Dakar, en 2017.
 
A la suite de la présence au Sénégal de l’épidémie de coronavirus, ‘’il y a lieu de s’inquiéter parce que nous avons tous suivi l’actualité, et nous avons vu comment l’épidémie a évolué. Le nouveau coronavirus (Covid-19) a une capacité de transmission plus importante que celle des autres coronavirus’’, a expliqué Souleymane Mboup. 
 
Face aux journalistes, il a insisté sur la nécessité de gérer avec transparence l’épidémie de coronavirus et souhaite que les statistiques relatives à la maladie soient données avec exactitude. ‘’Il faut que les autorités sanitaires des pays touchés puissent donner les chiffres exacts. II faut que les pays donnent des chiffres réels. C’est ça qui nous permettra d’organiser la riposte’’, a dit M. Mboup.
 
Il estime que les autorités sanitaires sénégalaises ont mis en place ‘’un dispositif efficace’’ de riposte contre l’épidémie. ‘’C’est pourquoi nous avons pu détecter très tôt les premiers cas. C’est un dispositif qui a bénéficié d’une grande expérience par le passé, lors de la gestion de l’épidémie de fièvre Ebola en 2014, qui avait touché la République de Guinée, le Liberia, la Sierra Leone et le Sénégal’’, a expliqué le médecin, officier à la retraite de l’armée sénégalaise. 
 
Le dispositif testé au Sénégal en 2014 a été renforcé pour être plus efficace face au nouveau coronavirus, selon Souleymane Mboup. 
 
Le partage des informations et des expériences au niveau mondial est ‘’fondamental’’ pour éradiquer l’épidémie de coronavirus, dit-il. ‘’Pour le moment, la plupart des informations que nous utilisons nous proviennent de l’expérience de la Chine. Je pense que c’est fondamental, au niveau mondial, de partager les informations parce que personne n’a le monopole de la vérité. Le partage des informations est vital dans la lutte contre le nouveau coronavirus.’’
 
‘’En Chine, les mesures drastiques qui ont été prises ont permis de freiner l’épidémie, pour le moment. Il faudrait, dans nos pays où les systèmes de santé ne sont pas des plus performants, qu’on prenne les dispositions nécessaires, et qu’on ait une bonne conscientisation de la population, avec les bonnes informations’’, a souligné le médecin.
 
Il propose de ‘’prendre avec beaucoup de sérieux et de considération’’ l’épidémie de coronavirus, qui a fait plus de 3.000 morts dans le monde, dont la plupart ont été recensés en Chine.
 
De nombreux pays ont été touchés, dont le Sénégal, où cinq cas confirmés ont été recensés entre lundi 2 et jeudi 5 mars par les services du ministère de la Santé.

SG/MD/ESF