Un expert rappelle la nécessité pour l’Afrique d’avoir sa propre industrie pharmaceutique
APS
SENEGAL-AFRIQUE-SANTE

Un expert rappelle la nécessité pour l’Afrique d’avoir sa propre industrie pharmaceutique

Dakar, 18 nov (APS) – Le professeur Ibrahima Seck, spécialiste de la santé publique à l’Université Cheikh-Anta-Diop de Dakar, a rappelé, lundi, à Dakar, la nécessité pour les pays d’Afrique subsaharienne de disposer d’une industrie pharmaceutique, afin de ne plus recourir à l’importation de ‘’plus de 90%’’ de leurs médicaments.
 
‘’Les produits pharmaceutiques importés à hauteur de 90 % en Afrique sont pourtant fabriqués à partir de certains intrants en provenance du continent africain’’, a signalé M. Seck, ajoutant que ‘’l’Afrique recèle des potentialités’’ en matière de pharmacologie.
 
Coordonnateur du comité scientifique de la deuxième édition du Forum Galien Afrique prévu les 25 et 26 novembre à Dakar, il intervenait à une conférence de presse donnée en prélude de cette rencontre scientifique.
 
Les ‘’importations coûteuses’’ de produits pharmaceutiques obligent certains usagers à ‘’recourir à la médecine traditionnelle qui résout par moments les problèmes’’, a fait remarquer Ibrahima Seck.
 
Il souhaite que la médecine moderne et la médecine traditionnelle puissent coopérer en Afrique, comme en Chine, un pays qui, selon M. Seck, s’est doté d’‘’une médecine traditionnelle conventionnelle très forte’’.
 
Il estime que l’‘’indépendance’’ de l’Afrique dans la production de médicaments ‘’devrait stimuler l’industrie pharmaceutique’’ du continent, ‘’tout en répondant aux normes et standards internationaux’’.
 
Au Forum Galien Afrique, les participants vont discuter de plusieurs thèmes : ‘’Les industries pharmaceutiques en Afrique : rêve ou réalité ?’’, ‘’Changement climatique et santé’’, ‘’Santé et catastrophes naturelles’’, ‘’Tradithérapie : enjeux et perspectives’’.

SMD/ESF/AKS