Un centre pour la formation de gastro-entérologues ouest-africains va bientôt démarrer à l’hôpital Principal
APS
SENEGAL-FRANCE-SANTE

Un centre pour la formation de gastro-entérologues ouest-africains va bientôt démarrer à l’hôpital Principal

Dakar, 16 août (APS) - Un centre destiné à la formation "in situ" de gastro-entérologues ouest africains dont le projet est porté par le service d’hépato-gastroentérologie et endoscopie digestive de l’hôpital européen Georges-Pompidou (Paris) va "démarrer sous peu, si les conditions sanitaires le permettent", à l’hôpital Principal de Dakar.

"Ce projet est vraiment très mûr et va démarrer incessamment sous peu si les conditions sanitaires le permettent", a indiqué le professeur Christophe Cellier, chef de service d’hépato-gastroentérologie et endoscopie digestive à l’hôpital européen Georges-Pompidou.
 
Il sera implanté à l’hôpital Principal de Dakar, a précisé Christophe Cellier, par ailleurs professeur d’hépatologie et de gastro-entérologie à l’Université René Descartes (Paris V), dans "Priorité Santé", émission diffusée sur Radio France internationale (RFI).
 
M. Cellier a expliqué que ce projet consiste à "monter un centre de formation pour l’Afrique de l’Ouest qui est supporté par l’ensemble des gastro-entérologues sénégalais".
 
Il "a pris un peu de retard avec l’épidémie Covid". Il a "pour but de favoriser la diffusion" de cette spécialité et "la formation in situ de gastro-entérologues" dans des techniques modernes d’endoscopies interventionnelles, au profit de la région ouest-africaine.

Le professeur Cellier a rappelé que faire une endoscopie consiste à "introduire de petits tuyaux soit à l’intérieur de la bouche avec une caméra au bout soit par l’anus pour l’avoir dans le colon", ce qui "va permettre de voir dans un premier temps s’il y a une lésion (...) et de faire des prélèvements" ensuite.
 
"Actuellement, ce sont des techniques qui ne sont pas extrêmement complexes mais qui manquent en particulier en Afrique", où elles ne sont pas bien diffusées et pas beaucoup présentes dans la formation, a-t-il laissé entendre.
 
Or, des techniques plus avancées existent désormais, dites "endoscopies interventionnelles", lesquelles permettent d’enlever des tumeurs dans le colon et des calculs dans la voie biliaire principale pour faire des examens, a-t-il indiqué. 

BK/ASG