Vers l’abrogation de la loi instituant les villages de recasement des lépreux
APS
SENEGAL-SANTE-SOCIAL

Vers l’abrogation de la loi instituant les villages de recasement des lépreux

Thiès, 29 jan (APS) - L’adjoint au gouverneur de Thiès chargé des affaires administratives, Mbassa Sène a indiqué, dimanche, que l’abrogation de la loi 76.03 instituant les villages de recasement des personnes atteintes de la lèpre sera "bientôt effective".
 

La procédure est en cours et l’abrogation qui sera bientôt effective sera une réponse positive au cri de coeur des enfants issus de parents atteints de la maladie, a soutenu M. Sène lors de la célébration de la journée mondiale de lutte contre la lèpre (JML).

Organisée à Thiès en présence du maire Talla Sylla et tant d’autres personnalités, la 64 eme édition de la JML célébrée depuis 1954 est axée cette année sut le thème : "zéro infirmité chez les filles et les garçons".
 
Selon Mbassa Sène, cette journée doit être l’occasion de faire le bilan et aux acteurs impliqués dans la lutte de davantage mener des actions de sensibilisation envers les personnes atteintes et qui ne sont forcément dans les villages de recasement.

Ces acteurs doivent accentuer la communication sur l’importance de se faire dépister et traiter gratuitement, a dit l’adjoint au gouverneur qui a salué les efforts de l’Etat et ses partenaires techniques pour éliminer la lèpre qui est, selon lui "un problème de santé publique majeure".
 
M. Sène a appelé à "combattre la fatalité et l’ignorance, afin de vaincre la stigmatisation, car la lèpre se soigne et se guérit".
 
Par ailleurs, l’officiel a rappelé que l’Etat a consenti une enveloppe financière de 800 millions de frs CFA pour la réalisation, au profit des populations des villages de recasement, de 2956 projets socio-économiques.

En sus de ses activités génératrices de revenus pour l’autonomisation des habitants de ces villages, le gouvernement a construit, selon M. Sène, 77 logements sociaux, offert des bourses scolaires à leurs enfants et octroyé la carte d’égalité de chance, pour améliorer leur cadre de vie.
 
Khadissatou Gaye, directrice de l’action sociale a, pour sa part, appelé les acteurs à la vigilance et la mobilisation pour éradiquer la lèpre qui sévit encore. Elle a notamment souhaité une protection pour les enfants, estimant que "les statistiques démontrent que 20% des 250 cas dépistés chaque année touchent cette couche vulnérable".
 
Le même appel à la mobilisation des acteurs a été lancé par les représentants du centre hospitalier de l’ordre de Malte et de l’ONG Allemande la DAHW dont l’accompagnement a été salué par le président de a fédération des associations des handicapés, Yatma Fall et le représentant des chefs de villages de recasement, Baye Mor Ciss.
 
Les deux derniers nommés ont unanimement souhaité l’abrogation rapide de cette "loi obsolète qui ne se justifie plus et participe à une forme de discrimination des personnes" vivant dans les villages de recasement.
 
BD/PON