Santé de la reproduction des jeunes : plaidoyer pour plus d’espaces jeunes/ados adaptés
APS
SENEGAL-SANTE-PERSPECTIVES

Santé de la reproduction des jeunes : plaidoyer pour plus d’espaces jeunes/ados adaptés

Mbour, 2 fév (APS) - Le Sénégal ne dispose que de "18 espaces adolescents/jeunes fonctionnels", ce qui amène à se poser "la lancinante question" de prise en charge des besoins en santé de cette catégorie de la population, a indiqué, jeudi, à Mbour, Diouma Diouf Ndiaye de la Direction de la santé de la reproduction.
Un "espace ado/jeunes" est un ensemble de services cliniques et d’écoute accessibles et adaptés aux besoins spécifiques des ados/jeunes, en matière de santé de la reproduction des adolescents et des jeunes.
Il s’inscrit dans le cadre d’une stratégie dite intégrée et multisectorielle intégrant une "participation effective des adolescents/jeunes", cible concernée.
Ces structures "sont le lieu idéal pour avoir toutes les informations sur la santé de la reproduction, mais malheureusement il n’y a que 18 qui sont fonctionnels sur l’ensemble des 76 districts sanitaires du pays", a-t-elle souligné.
Mme Ndiaye présentait une communication au cours d’un atelier d’orientation des journalistes et animateurs de radio sur la santé de la reproduction.
Elle est responsable de la communication et du plaidoyer à la division de la santé de la reproduction des adolescents/jeunes à la Direction la santé de la reproduction et de la survie de l’enfant (DSRSE).
Sur les 18 espaces existants, a-t-elle détaillé, "le département de Mbour en dispose dans les communes de Thiadiaye, ;Ndiaganiao et à Fissel Mbadane de même qu’a Matam à Kanel. Il ya également un espace dans la région de Kaolack à Nioro".
Selon Diouma Diouf Ndiaye, "les espaces ados sont installés dans les structures de santé pour prendre en charge les besoins des adolescentes et jeunes".
"Dans l’espace, il y a un ordinateur, une bibliothèque, l’installation de la plateforme Clickinfoado où toutes les informations sur la santé de la reproduction des adolescentes et des jeunes sont disponibles", a-t-elle ajouté.
"Ce sont des adolescents et jeunes appelés pairs ados qui gèrent ces espaces et qui peuvent en cas de besoin de soins vous référer à la sage-femme de la structure de santé" la plus proche, a-t-elle expliqué.
Mme Ndiaye souligne que le ministre de la Santé et de l’Action sociale "n’a pas de financement pour équiper les espaces ados, mais on peut toujours trouver des moyens pour équiper ces espaces avec nos partenaires".
"Tout ce qu’on souhaite, c’est que ;tous les 76 districts puissent avoir un espace ado, car cela n’a rien à voir avec les centres conseil ado", a poursuivi la responsable de la communication et du plaidoyer à la division de la santé de la reproduction des adolescents/jeunes à la Direction de la santé de la reproduction et de la survie de l’enfant (DSRSE).
Revenant sur les caractéristiques des services adaptés aux jeunes, elle a parlé d’un service "convivial" fournissant "une gamme appropriée de prestations" et qui "comble leurs attentes’’ de la cible concernée.
Ces services "doivent être appropriés, complets, efficaces, accessibles, acceptables, équitables et efficients", a conclu Mme Ndiaye.