ACTUALITES
Prévention des zoonoses : des experts élaborent une stratégie commune de communication
APS
SENEGAL-ELEVAGE-SANTÉ

Prévention des zoonoses : des experts élaborent une stratégie commune de communication

Thiès, 2 déc (APS) - Des experts de la Santé animale, humaine, de l’environnement et de l’élevage ont entamé lundi à Thiès une rencontre de quatre jours, pour élaborer un plan de communication sur les risques liés à six zoonoses prioritaires, a constaté l’APS.

Six zoonoses prioritaires ont été identifiées pour faire l’objet d’une communication soutenue et concertée, à des fins de prévention. Il s’agit de la rage, de la tuberculose bovine, de la fièvre de vallée du Rift, de la grippe aviaire, de la maladie du charbon et de l’anthrax.

La fièvre hémorragique Ebola est aussi concernée par cette communication de routine qui va au-delà des périodes d’épidémie, a noté le chef d’équipe du CPC, maître d’œuvre du projet.

La rencontre s’inscrit dans le projet ‘’Breakthrough Action’’, financé par l’USAID, et mis en œuvre par le Centre des programmes de communication (CPC) de l’Université américaine John Hopkins.

C’est un projet destiné à la communication pour le changement de comportements, qui couvre 30 pays à travers le monde.

Au Sénégal, il s’agit de rédiger une feuille de route sur la manière de communiquer en direction des communautés pour leur faire adopter 25 comportements prioritaires, afin de prévenir les maladies qui se transmettent de l’homme à l’animal et vice-versa.

Deux comportements principaux que sont le lavage des mains et la protection avant et après avoir été en contact avec les bêtes, ont été identifiés parmi une liste de 144 attitudes prendre.

Ce projet se justifie d’autant plus qu’il y a une plus grande proximité entre les animaux et les humains, de plus en plus de familles pratiquant l’élevage à domicile, a expliqué Mamadou Mbaye, chef d’équipe du CPC.

Par une collaboration interdisciplinaire, une coordination pour faire face aux menaces qui guettent de plus en plus les communautés du fait d’une plus grande proximité avec les bêtes, le projet adopte l’approche holistique One Health (une seule santé).

Le projet cible huit régions frontalières pour l’essentiel en plus de Dakar. Il s’agit de Saint-Louis, Matam, Tambacounda, Sedhiou, Kolda et Ziguinchor.

Les ministères en charge de la Santé, de l’Elevage, de l’Environnement à travers la Direction des parcs nationaux, prennent part jusqu’au jeudi à l’élaboration de ce document commun.

Pour le Docteur Jérôme Sambou, de la Direction des services vétérinaires, qui avait présidé la cérémonie d’ouverture au nom du ministère de l’Élevage et des Productions animales, il est surtout question de mettre la communication au début et à la fin de la gestion des risques sanitaires.

Il a noté que 60 % des maladies humaines sont d’origine animale, tout comme 75 % des maladies émergentes. D’où la pertinence, selon lui, d’une stratégie commune.
 

ADI/AKS