Pr Seydi salue une nouvelle fois les ’’résultats intéressants’’, sans effets secondaires graves, de l’hydroxy-chloroquine
APS
SENEGAL-SANTE

Pr Seydi salue une nouvelle fois les ’’résultats intéressants’’, sans effets secondaires graves, de l’hydroxy-chloroquine

Dakar, 2 mai (APS) - L’association de l’hydroxy-chloroquine à l’azytrhomycine continue de faire ses preuves dans le traitement des patients de la maladie à coronavirus avec des ’’résultats intéressants’’ et aucun effet secondaire grave, a soutenu le Pr Moussa Seydi, Coordonnateur national de la prise en charge médicale des patients.
 
’’Tous les patients qui ont bénéficié du traitement à base d’hydroxy- chloroquine associé à l’azytrhomycine et qui ont été consultés précocement n’ont eu aucune complication, ni d’effets secondaires graves encore moins de cas de décès’’, a-t-il dit, ce samedi, lors du point de presse mensuel pour faire le point sur la situation de la maladie au Sénégal.
 
Il avait à ses côtés le ministre de la Santé, la directrice de la Santé, Marie Khemesse Ngom Ndiaye, le Directeur du Centre des Opérations d’Urgences sanitaires (COUS), Docteur Abdoulaye Bousso, le Directeur de l’Institut Pasteur et le Directeur du Samu national.
 
91 nouvelles contaminations au covid-19 ont été rapportées ce samedi, ce qui porte à 1115 le nombre total de personnes infectées depuis l’apparition de la maladie au Sénégal, il y a deux mois jour pour jour.

Dans son analyse des données, Pr Moussa Seydi, chef de la clinique des maladies infectieuses de l’Hôpital de Fann, a souligné que les patients qui avaient pris l’hydroxy- chloroquine associé à l’ azytrhomycine avaient une durée de traitement de 9 jours.
 
Concernant les effets secondaires, l’analyse qui a porté sur 362 patients a montré 12 cas qui ont eu des effets secondaires. Parmi ces 12 cas, quatre ont continué leur traitement parce que les effets secondaires n’étaient pas gênants tandis que les autres ont arrêté le traitement.
 
’’Tous ces effets secondaires étaient modérés avec aucun effet secondaire grave puisque les signes ont régressé à la fin du traitement’’, a dit Pr Seydi. 
 
Sur 181 patients, ’’nous avons observé que la durée médiane d’hospitalisation était de 13 jours chez les patients qui n’avaient pris aucun traitement’’, a t-il dit.

Il a indiqué que cette durée était de 11 jours pour les malades qui avaient pris l’hydroxychloroquine seulement et de 9 jours pour ceux qui avaient pris l’hydroxychloroquine et associée à l’azithromycine. 
 

Les patients qui avaient consulté tôt et qui avaient démarré leur traitement dans les 24 heures avaient une durée médiane d’hospitalisation de huit jours. Par contre les patients qui avaient plus de 80 ans avaient une durée médiane de 19 jours, a-t –il précisé.

 
’’Au vu de ces résultats, nous allons continuer notre prise en charge avec l’ hydroxy- chloroquine’’, a t-il assuré. 
 
Pour Pr Seydi, ’’quelque que soit la qualité du traitement, on peut observer évidemment des décès mais quand on y regarde de près les décès ne sont pas tous survenus à l’hôpital, certains sont décédés soit à domicile, ou au cours de leur transfert à l’hôpital avant la prise en charge’’.
 
Rendant hommage à tout le personnel de santé et aux réanimateurs qui abattent un travail énorme, Pr Seydi a précisé qu’on ne peut pas continuer sur cette lancée avec l’augmentation des cas sans avoir des cas graves, ce qui ne veut pas pour autant dire une ’’condamnation à mort’’.
 
’’On reste réaliste par rapport à la gravité de ces cas mais optimistes par rapport à leur issue’’, a dit Seydi qui a remercié le ministère de la Santé, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, son ’’employeur’’, et le président de la République. 
 
 
 

ADL/OID