Politiques de gratuité : les mutuelles de santé allégent l’Etat d’un fardeau (acteur)
APS
SENEGAL-PROTECTION-OPINION

Politiques de gratuité : les mutuelles de santé allégent l’Etat d’un fardeau (acteur)

Thiès, 28 mai (APS) - Les mutuelles de santé communautaires allègent à l’Etat le fardeau des politiques de gratuité, a indiqué jeudi à Thiès, le président du conseil d’administration de l’Union nationale des mutuelles de santé communautaires (UNAMUSC) André Demba Wade.

‘’Ce que nous faisons, c’est alléger le fardeau à l’Etat, qui va, dans quelques années, voir qu’il peut se passer des politiques de gratuité’’, a dit André Demba Wade.

Il s’adressait à des journalistes, au bout trois jours d’atelier sanctionnés par une déclaration d’engagement des organisations paysannes pour un enrôlement massif de leurs membres dans les mutuelles de santé communautaires.

‘’Nous pouvons aller jusqu’à réduire les politiques de gratuité’’, a poursuivi M. Wade, relevant par exemple, qu’un père de famille membre d’une mutuelle à laquelle il a inscrit son enfant, n’a plus besoin de lui faire bénéficier de la gratuité des 0 à 5 ans.

‘’Il va utiliser la mutuelle de santé qui lui offre plus d’opportunités’’, a-t-il dit. Là où la gratuité des enfants de 0 à cinq ans ne lui offre que la consultation au niveau du poste et du centre de santé, la mutuelle de santé prend en charge sa consultation, ses examens et son hospitalisation. ‘’Et c’est ce qui est important’’, a-t-il souligné.

 De la même manière, une personne de plus de 60 ans inscrite dans une mutuelle, n’a pas non plus besoin du plan Sésame. L’assurance santé va les prendre en charge, avec les contributions des populations.

Selon lui, cette prise en charge offerte par l’UNAMUSC au niveau national, est en train de ‘’renforcer son organisation’’, qui s’achemine vers la professionnalisation des mutuelles de santé, et qui, à travers le recrutement de gérants, contribue à la création d’emplois.

Les dépenses en santé au Sénégal s’élèvent à ‘’plus de 550 milliards’’, dont plus de 50% viennent des poches des Sénégalais’’, a dit M. Wade, pour qui, ces mutuelles sont importantes pour l’Etat que pour les populations.

Lors de la clôture des travaux, le mutualiste avait souligné la nécessité de soutenir les ‘’efforts courageux’’ de l’Etat dans le domaine de la protection sociale, relevant que vu le contexte économique difficile, lié à la covid-19, l’Etat pourrait être amené à revoir certaines de ses politiques sociales.

Pour lui, même si l’Etat ne peut se permettre de s’en plaindre, ces politiques gratuité des césariennes, des consultations des enfants de zéro à cinq ans, des personnes âgées de plus de 60 ans, pèsent lourd sur ses épaules.
 
Il urge, a-t-il laissé entendre, de renforcer les mutuelles, pour parer à toute éventualité et garantir la pérennité de l’accès aux soins aux populations.

L’UNAMUSC compte 676 mutuelles présentes dans toutes les communes du Sénégal, avec plus de 3 millions de membres, a-t-il dit sortir avec un grand espoir de cet atelier.

 

ADI/AKS