Plaidoyer pour l’application des lois sur la fortification des aliments en Afrique de l’Ouest
APS
AFRIQUE-ALIMENTATION-SANTE

Plaidoyer pour l’application des lois sur la fortification des aliments en Afrique de l’Ouest

Dakar, 27 jan (APS) – Les participants au forum tenu à Dakar sur "les bonnes pratiques de l’enrichissement des aliments en micronutriments en Afrique de l’Ouest" ont préconisé une application effective des arrêtés et décrets relatifs à ce domaine et signés par les pays membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao).
 
Ils souhaitent aussi que soient pris en compte, dans les budgets nationaux, le contrôle de la qualité et le financement des activités d’enrichissement des aliments en micronutriments.
 
Les participants au forum ont également appelé les Etats à renforcer le "système de monitorage et l’évaluation de l’impact" des politiques publiques, en vue d’un meilleur enrichissement des aliments en micronutriments.
 
Il peut s’agir, selon eux, de l’iodation du sel, de l’enrichissement des huiles raffinées en vitamine A, de la farine de blé en fer, acide folique et zinc, mais aussi de la farine de maïs en fer et en acide folique.
 
Réunis à Dakar autour d’un forum ouvert jeudi en présence du ministre sénégalais de l’Industrie et des Mines, Aly Ngouille Ndiaye, les participants ont salué les progrès enregistrés dans ce domaine en Afrique de l’Ouest, entre 2002 et 2017, grâce à la mise en place d’un organe national chargé de la fortification des aliments dans presque tous les pays membres de la Cédéao.
 
Le forum a été organisé par l’ONG Helen Keller International (HKI), le Comité sénégalais de fortification des aliments (COSFAM) et l’Organisation ouest-africaine de la santé (OOAS), sur "la fortification des aliments en Afrique de l’Ouest, de 2002 à 2016 : bilan et perspectives".
 
Il ressort d’une note de synthèse du conclave parvenue à l’APS que "14 des 15 pays membres de la Cédéao ont rendu obligatoire l’enrichissement de la farine de blé en fer et en acide folique".
 
"Onze pays utilisent le même logo sur l’emballage des produits fortifiés, et 13 autres ont rendu obligatoire la fortification de l’huile en vitamine A", ajoute la même note.
 
Elle fait état de l’adoption des "normes harmonisées" sur les aliments enrichis (farine de blé, huile végétale raffinée et sel alimentaire) par les 75e et 76e conseils statutaires des ministres de la Cédéao tenus respectivement en décembre 2015 à Abuja et en mai 2016 à Dakar.
 
La note de synthèse de la réunion de Dakar salue "l’engagement des unités industrielles dans la production des aliments enrichis (sel, huile et farine de blé et de maïs)".
 
Lors du forum qui prend fin vendredi, les participants ont réfléchi à la législation et aux normes dans les pays concernés, à la production des aliments fortifiés en Afrique de l’Ouest et à l’expérience des Etats en matière de "renforcement des capacités", concernant l’enrichissement des aliments en micronutriments.
 
Les discussions ont également porté sur "le contrôle interne, l’inspection et la surveillance du marché, et le renforcement des capacités", en plus du "système de suivi", du "monitorage" et de la "surveillance".

PON/ESF/BK