APS
SENEGAL-SANTE

"Il n’y a pas d’interruption de traitement des dialysés", assure le ministre

Dakar, 7 avr (APS) - Il n’y a jamais eu d’interruption de la dialyse pour les malades atteints d’insuffisance rénale, ni à l’Hôpital Aristide le Dantec ni ailleurs a martelé, samedi à Dakar, le ministre de la Santé et de l’Action sociale, Abdoulaye Diouf Sarr.


 
 
"Bien qu’il y ait effectivement 7 machines qui ont des difficultés liées à des problèmes d’eau, l’ensemble des patients qui devaient êtres pris en charge par ces machines ont été immédiatement redéployés à l’hôpital militaire de Ouakam", a-t-il expliqué. 
 
Abdoulaye Diouf Sarr était interrogé par la presse sur la question de la dialyse, en marge de la cérémonie de célébration de la Journée mondiale de la Santé au marché "Serigne Fallou" du quartier Ouest Foire, dans la commune de Yoff à Dakar.
 
"Le Sénégal a beaucoup augmenté son parc de centres de dialyse pour soulager les malades qui sont dans les listes d’attente avec l’inauguration récente du centre de dialyse de Thiès", a-t-il ajouté.
 
Dans une semaine, "ce sera au tour du centre de dialyse de l’hôpital Roi Baudouin de Guédiawaye d’être inauguré, suivi de celui de Pikine immédiatement", selon Abdoulaye Diouf Sarr.
 
L’ensemble des projets des centres de dialyse qui sont actuellement en chantier sont en train d’être boostés pour être livrés dans les meilleurs délais, a-t-il assuré.
 
"Nous seront toujours vigilants par rapport à cette pathologie d’insuffisance rénale parce que il n’est pas toujours facile d’être dans une liste d’attente pour bénéficier de soins" a dit le ministre.
 
Qui a, en outre, relevé qu’un important programme d’infrastructures est en cours pour combler le gap avec un projet de construction de 300 postes et centres de santé avec le Programme d’urgence de développement communautaire (PUDC). 
 
"Certes il y a du chemin à faire, mais depuis 2012 le gouvernement a affiché sa volonté de relever les défis et fait beaucoup d’efforts pour permettre au Sénégal d’avoir un dispositif sanitaire pour régler l’ensemble des préoccupations du secteur", a-t-il souligné.
 
Le ministre de la Santé a par ailleurs cité les "performances réalisées en matière de réduction de la santé maternelle et infantile et l’acquisition d’ambulances en grand nombre pour régler la question de l’évacuation sanitaire, entre autres".
 
La Journée mondiale de la santé célébrée chaque 7 avril est axée cette année sur le thème : "la Santé universelle partout et pour tous".
 

ADL/PON