Louga : des acteurs formés à l’élimination de la transmission locale du paludisme
APS
SENEGAL-SANTE

Louga : des acteurs formés à l’élimination de la transmission locale du paludisme

Louga, 30 juin (APS) – Une vingtaine d’acteurs de la santé communautaire de la région de Louga (nord) ont été initiés, mercredi, à une nouvelle stratégie de lutte contre le paludisme basée sur l’adoption de mesures visant à rompre la transmission locale 72 heures après la détection d’une nouvelle infection, a constaté l’APS.
 
Après avoir bénéficié de cette formation, ces acteurs communautaires auront les outils leur permettant de rompre la chaîne de transmission locale du paludisme à travers un dépistage du voisinage afin de détecter d’éventuels cas pour une prise en charge rapide, a-t-on appris de ses initiateurs.
 
Cette formation entre dans le cadre de la mise en œuvre du projet dénommé Partenariat pour le contrôle et l’élimination du paludisme en Afrique (MACEPA). Elle s’inscrit également dans les activités marquant la célébration de la Journée régionale de lutte contre la maladie.
 
‘’La partie nord du Sénégal fait partie des localités où il y a le moins de cas de paludisme. Nous pensons qu’avec le développement de stratégies nouvelles dans la région de Louga, nous pourrons davantage lutter contre cette maladie’’, a dit Abdoulaye Coly, représentant du projet dans la région.
 
S’appuyant sur le fait que la région de Louga avait une prévalence de 2, 3 infections sur 1000 en 2020, Coly a laissé entendre que la nouvelle stratégie allait permettre de lutter plus efficacement contre la maladie.
 
‘’Il s’agit d’une innovation spécifique à la région. Désormais, à chaque fois qu’un cas de paludisme est détecté, nous faisons une décente chez le malade pour faire une investigation, tester les habitants des cinq maisons aux alentours pour voir s’ils n’ont pas la maladie’’, a-t-il expliqué.
 
Il a assuré qu’une fois une nouvelle infection détectée, les actions sont entreprises. ‘’Si de nouveaux malades n’ont pas été retrouvés dans le voisinage, une sensibilisation est menée au niveau local’’, selon le responsable régional du MACEPA.
 
‘’Notre lutte est de faire en sorte d’arrêter la transmission locale et pour y arriver, il nous faudra agir dans les 72h. Nos équipes travaillent ainsi pour mettre en place cette stratégie dans toute la région’’, a-t-il fait savoir. 
 
Il a insisté sur l’importance des agents communautaires dans le diagnostic communautaire et le dépistage précoce.
 
‘’Le principal objectif visé est l’élimination du paludisme. C’est la raison du choix porté sur les acteurs communautaires de santé pour les former davantage à dépister les cas de paludisme et les traiter afin d’éviter une aggravation’’, a de son côté indiqué Habibatou Faye Ndiaye, responsable Bureau régional de l’éducation et l’information pour la santé à la Région médicale de Louga.
 
SK/AKS/ASB