Nutrition et Planification : Le lien établi pour le relèvement du taux de prévalence contraceptive
APS
SENEGAL-SANTE

Nutrition et Planification : Le lien établi pour le relèvement du taux de prévalence contraceptive

+++De l’envoyée spéciale de l’APS : Adama Diouf Ly+++

Diourbel, 19 mai (APS) - Le lien a été vite établi entre le Programme de renforcement de la nutrition pour les enfants de 0 à 5 ans, les femmes en grossesse et allaitantes et le relèvement du taux de prévalence contraceptive dans la ville de Touba (région de Diourbel), a indiqué Serigne Cheikh Mbacké Ba.
 
 
Le coordonnateur de l’ONG Horizon action solidarité pour le développement (HASDET) basée à Touba a estimé, jeudi, que le lien a été établi à travers l’utilisation du même réceptacle pour faire passer les messages en faveur de l’espacement des naissances.
 
Le programme de promotion de la planification familiale initié par l’ONG a permis l’enrôlement en 2015 de "6130 femmes pour favoriser l’espacement des naissances et réduire la malnutrition" a-t-il soutenu.
 
"Le pas a été rapidement franchi entre le programme de renforcement de la nutrition et la planification familiale puisque qui dit enfants de 0 à 5 ans, parle naturellement d’espacement de naissance", selon le Secrétaire exécutif de l’ONG, Serigne Cheikh Mbacké Bâ.
 
C’est pourquoi l’ONG a été choisie en 2003 comme principal agent d’exécution du Programme de renforcement de la nutrition (PRN) de la Cellule de lutte contre la malnutrition (CLM) dans les districts sanitaires de Touba, Mbacké et Diourbel à partir de 2008 a-t-il appris.
 
Il ajoute que "de 2003 à 2015, le taux de prévalence de la malnutrition chez les enfants de 0 à 5 ans à Touba est passé de 45% à en 2016".
 
Bien avant 2003 l’association a travaillé dans le domaine de la santé en travaillant étroitement avec le District sanitaire de Touba avec la construction d’une infirmerie à Darou Khoudoss et la mise en place d’une mutuelle de santé et de crédit pour les femmes.
 
Le PRN est un programme qui prend en charge les enfants de 0 à 5 ans, les femmes en état de grossesse et les femmes allaitantes, alors que la santé de la reproduction intègre cette même cible.
 
C’est en 2014 que l’ONG a été saisie par IntraHealth International pour accompagner la promotion de la planification familiale à Touba. 
 
"C’était pas évident mais on avait mis en place une stratégie appuyée sur l’intéressement de la plus haute autorité religieuse avant toute activité", a expliqué Serigne Cheikh Mbacké Ba. 
 
Ainsi avec le PRN, l’aval du Khalife général feu Serigne Saliou Mbacké a été obtenu pour travailler avec 90 "Dahiras" (association religieuse).
 
"Ayant vu ces stratégies qui ont donné des résultats pour le PRN on ne va pas en réinventer d’autres pour la promotion de la PF", a soutenu le Secrétaire exécutif de HASDET.
 
Les Dahiras ont été utilisés comme réceptacles pour sensibiliser sur l’utilité de l’espacement des naissances pour lutter contre la malnutrition. Cela a été fait à partir du "premier Ndigeul" pour dérouler le PRN puisqu’il y a une "relation très étroite entre les deux programmes", assure Serigne Cheikh Mbacké Ba, ancien secrétaire du défunt guide religieux, Serigne Mbaché Sokhna Lô.

L’ONG HASET est d’ailleurs présidée par le fils de ce dernier, Serigne Abdourakhmane Mbacké.
 
Durant le programme, il y a eu des chefs de village et des Imams qui ont servi ensuite de relais dans leur localités, lors des prêches pour passer les messages relatifs à l’espacement des naissances favorable à la lutte contre la malnutrition, selon l’ONG.
 
Toutefois le suivi du programme n’a pas pu être effectué après l’expérience avec IntraHealth, mais les relais continuent toujours de sensibiliser les femmes lors des activités du PRN.
 
 

ADL/PON