Lutte contre le Sida : le secteur privé invité à financer le programme en milieu d’entreprise
APS
SENEGAL-SANTE

Lutte contre le Sida : le secteur privé invité à financer le programme en milieu d’entreprise

Dakar, 21 sept (APS) – Le secteur privé national devrait apporter sa contribution dans la lutte contre le VIH/Sida en prenant en charge les personnes affectées par cette maladie dans les entreprises, selon la secrétaire exécutive du Conseil national de lutte contre le Sida (CNLS), docteur Safiatou Thiam.
 
"Le secteur privé doit pouvoir prendre en charge le financement du programme de lutte contre le Sida en milieu d’entreprise et cela peut être leur contribution dans la lutte contre le sida" a-t-elle dit dans un entretien avec l’APS.
 
Selon la secrétaire exécutive du CNLS le secteur privé national devrait s’impliquer dans la lutte contre le Sida en facilitant l’accès aux Antirétroviraux (ARV) des Personnes vivant avec le VIH (PVVIH) qui sont dans les entreprises.
 
"Les PVVIH qui peuvent payer doivent pouvoir être pris en charge par leur entreprise ou faire payer les ARV par leur assurance maladie", a expliqué docteur Safiatou Thiam, soulignant qu’un travail est entamé pour inciter les grandes entreprises à s’engager dans la lutte contre le Sida.
 
Les sociétés intervenant dans les zones touristiques, minières et transfrontalières caractérisées par une plus grande vulnérabilité au VIH, devraient financer des activités de lutte contre le Sida dans le cadre de la Responsabilité sociétale d’entreprise (RSE), a-t-elle dit.
 
"Nous voulons, en tout cas susciter ce genre de financement qui ne va pas forcément passer par le CNLS, mais aller directement vers des ONG ou des associations au niveau local", encore expliqué la secrétaire exécutive du Conseil national de lutte contre le Sida.
 
"Les sociétés minières ont beaucoup de potentialité et peuvent financer dans les zones minières toutes les activités de lutte contre le VIH/Sida dévolues à l’Etat et, cela, permettra de rationaliser les ressources en les affectant à d’autres populations plus vulnérables et nécessiteuses", a plaidé Dr Safiatou Thiam.
 
LTF/ASB/PON