Coronavirus : les Sénégalais invités à se comporter comme de ‘’vrais combattants’’
APS
SENEGAL-SANTE

Coronavirus : les Sénégalais invités à se comporter comme de ‘’vrais combattants’’

Diamnadio, 19 mars (APS) – Les Sénégalais doivent se comporter comme de ’’vrais combattants’’ de manière à éviter la propagation de la maladie à coronavirus, a affirmé jeudi Ndèye Coumba Kane Touré, professeur en bactériologie, virologie à la faculté de Médecine, de pharmacie et d’odontostomatologie de l’Université Cheikh Anta Diop (UCAD) de Dakar.
 
‘’La riposte à une épidémie, ce n’est pas l’affaire des autorités, mais c’est l’affaire de tout un chacun’’, a rappelé la spécialiste, conseillère technique au ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.
 
Elle s’exprimait lors d’une visite des laboratoires de l’Institut de recherche en santé de surveillance épidémiologique et de formation (IRESSEF), organisée à l’intention de journalistes.
 
Cet institut situé à Diamniadio, dans le département de Rufisque, a été fondé par le Professeur Souleymane Mboup, co-découvreur du VIH 2.
 
Pour le Professeur Coumba Kane Touré, ‘’la lutte contre le coronavirus est une guerre sanitaire’’ dans le cadre de laquelle tous doivent ‘’être des soldats’’ et vraiment se préparer’’ à combattre.
 
Interrogée sur la réaction des autorités sénégalaises face à la pandémie, elle a jugé qu’elle n’était pas trop tardive.
 
‘’Le virus gagne du terrain mais actuellement, on peut endiguer le fléau au niveau du Sénégal parce que si on ferme les frontières, à part les cas importés, on a un cluster dans une zone bien déterminée [Touba]’’, estime-t-elle. Ce qu’il faut, a-t-elle recommandé, c’est de circonscrire l’épidémie au niveau de cette zone (Touba) en limitant les aller-retour. 
 
‘’Si on arrive à respecter cela et à respecter les mesures d’hygiène idoines, on peut endiguer le fléau au niveau du Sénégal’’, affirme-t-elle.
 
Sur le cas spécifique de la ville de Touba, l’universitaire pense qu’il suffit juste ‘’de conscientiser la population et de prendre l’appui des autorités religieuses de la ville’’. L’idée doit, d’après elle, consister à aller vers un ’’ndigueul’’ pour expliquer aux habitants de la ville que c’est ’’juste transitoire’’.
 
‘’Il faut que chacun y mette du sien pour qu’on arrive à combattre le fléau’’, a ajouté Ndèye Coumba Kane Touré, également cheffe de service du laboratoire virologie, bactériologie de l’hôpital Dalal Diam de Guédiawaye (banlieue de Dakar).
 
A la date du mercredi 18 mars, le Sénégal comptabilise 36 cas positifs au coronavirus dont deux guéris.

SG/ADL/ASG