Les militaires exposés au VIH pour leur mobilité en zone de conflit (expert)
APS
SENEGAL-MONDE-ARMEES-SANTE

Les militaires exposés au VIH pour leur mobilité en zone de conflit (expert)

Dakar, 12 mai (APS) – Les militaires constituent la cible la "plus touchée" par le VIH/SIDAdans les zones de conflit armé ou post-conflit, a soutenu samedi à Dakar, le Médecin-pharmacien, le colonel Babacar Faye, coordonnateur du programme SIDA des Forces armées sénégalaises.
 
"Ce qu’il faut retenir aprés constat, c’est que dans beaucoup de pays ce sont les militaires qui sont les plus exposés au VIH/SIDA dans les zones de conflits ou post-conflit", a-t-il notamment indiqué.
 
M. Faye était interrogé par des journalistes en marge d’un symposium organisé au King Fahd Palace en présence de plusieurs experts sur le thème : "Forces de défense et de sécurité et HIV". 
 
La rencontre initiée, par le programme de lutte contre le VIH/SIDA des Forces armées sénégalaises s’inscrit dans le cadre de la conférence internationale de médecine militaire qui se tient à Dakar (11-13 mai).
 
Selon M. Faye, le militaire est "vulnérable au VIH/SIDA parce qu’il est mobile. Il est déployé dans des zones de conflit ou post-conflit armées et reste parfois une longue durée loin de sa famille".
 
Le coordonnateur du programme SIDA des Forces armées sénégalaises a toutefois assuré que dans son pays, les militaires sont "moins touchés" par la maladie par rapport aux civils, contrairement à d’autres pays.
 
"Nous avons jugé utile de nous retrouver et de discuter pour voir comment réduire le taux de prévalence du VIH/SIDA qui ne connaît pas de frontières et ne distingue pas entre soldat et civil", a-t-il indiqué.
 
"Il est important de poursuivre la sensibilisation avec (notamment) l’appui des médias. Il n’y a pas meilleur vecteur que les Médias. Il faut aussi continuer le plaidoyer auprès des partenaires financiers pour pouvoir tenir des actions de lutte contre le SIDA", a-t-il poursuivi.
 
Un communiqué transmis vendredi à l’APS, indique "le Sénégal, 7ème pays mondial en terme d’envoi de Forces de sécurité pour le maintien de la paix, ne peut rester insensible et souhaite enclencher le débat autour de la lutte contre le VIH/SIDA dans ses Forces de défense". 
 
"La mobilité des troupes et la situation de célibat qu’elle engendre constituent le premier facteur de vulnérabilité chez les hommes en uniforme vis à vis du VIH", ajoute la même source.


SG/ASB