Invite à l’engagement des maires en faveur de la santé maternelle et néonatale
APS
SENEGAL-COLLECTIVITES-SANTE

Invite à l’engagement des maires en faveur de la santé maternelle et néonatale

Diourbel, 23 avr (APS) - La coordonnatrice régionale du Réseau Siggil Jiggen chargé du volet plaidoyer et mobilisation communautaire dans le projet USAID/NEMA, Noguèye Guèye, a invité mardi les maires à s’engager dans la prise en charge de la santé maternelle et néonatale.
 
’’J’appelle les maires à s’engager dans la santé de leur communauté plus particulièrement dans la santé maternelle néo-natale et infantile pour qu’on ne puisse plus parler de décès maternels dans ce domaine’’, a-t-elle dit.
 
Mme Guèye s’exprimait au cours d’un comité départemental de développement (CDD) axé sur les réalisations du Réseau Siggil Jiggen pour l’exercice 2018 et sur les défis et perspectives.
 
Cette rencontre a été aussi une occasion de ’’célébrer les maires qui s’étaient engagés pour la santé maternelle-néonatale afin que cela fasse tache d’huile’’, a t-elle souligné.
 
’’Avec les sessions de dialogue communautaire, on a pu toucher certaines communes comme Tocky Gare, qui s’est engagée à hauteur de 200 mille francs dans la santé maternelle et néo-natale et infantile en dépit de la faiblesse de ses moyens’’, a-t-elle ajouté.

Les municipalités doivent prendre en charge cette question de la santé maternelle néo-natale et infantile parce qu’elles travaillent pour le bien être de la communauté et que la santé est une compétence transférée, a insisté Mme Guèye.

Elle a rappelé qu’on ’’ne peut pas parler de développement sans santé’’.
 
Pour cette troisième année d’exécution du projet, elle a plaidé pour ’’l’engagement du maire dans chaque chef-lieu de commune’’.

’’On va continuer les plaidoyers en nous appuyant sur les préfets qui ont les moyens de les amener à respecter les engagements pris’’, a-t-elle dit.
 
Au-delà des difficultés de prise en charge financière, le projet s’est heurté à un problème de mise en œuvre des activités liée à plusieurs facteurs, a souligné la coordonnatrice régionale du Réseau Siggil Jiggen .
 
’’On a eu des difficultés à mettre en œuvre tous les plans d’actions ou d’organiser quelque chose avec les postes de santé (à cause) des mouvements de grève, les évènements religieux et le contexte électoral’’, a t-elle déploré.
 
 

FD/OID/AKS