Les dirigeants doivent trouver des alternatives viables aux producteurs de tabac (expert)
APS
AFRIQUE-SANTE

Les dirigeants doivent trouver des alternatives viables aux producteurs de tabac (expert)

De l’envoyée spéciale de l’APS, Sokhna Khadydiatou Sakho
 
Pretoria (Afrique du Sud), 29 juin (APS) - Les gouvernements doivent, pour respecter l’article 17 de la Convention-cadre de l’Organisation mondiale de la santé contre le tabac, mettre fin à la culture du tabac en trouvant "des alternatives viables" aux acteurs de cette filière, a rappelé le docteur Jeffrey Drope, chercheur à l’"American Cancer Society".
 
"Les producteurs de tabac ne sont pas économiquement à l’aise. Les gouvernants doivent leur trouver des alternatives viables pour favoriser l’arrêt de la culture du tabac", a plaidé ce médecin américain.
 
Il intervenait à un "cours de capacité institutionnelle" dispensé à des journalistes, des militants de la société civile et des activistes de la lutte antitabac, à Pretoria, du 26 juin au 7 juillet, dans le but de "développer un environnement de contrôle efficace du tabac".
 
Des représentants de 11 pays d’Afrique prennent part à ce cours : Bénin, Botswana, Ethiopie, Gabon, Gambie, Kenya, Mauritanie, Nigeria, Ouganda, Sénégal et Togo.
 
Jeffrey Drope, également professeur de santé publique à l’Université Marquette (Etats-Unis), estime que la fin de la production de tabac entraînera celle de sa consommation, partout dans le monde.
 
"Les Etats doivent (…) améliorer la culture d’autres produits et aider les producteurs de tabac à avoir accès" aux services financiers, a-t-il ajouté.
 
Il rappelle que "la production de tabac nuit à la santé des producteurs d’une part, et favorise la consommation de [ce produit] d’autre part".
 
"L’arrêt de la culture du tabac est une exigence. Et les Etats parties de la Convention-cadre de l’Organisation mondiale de la santé contre le tabac ont l’obligation de trouver aux producteurs de tabac d’autres cultures, pour leur permettre de gagner leur vie", a souligné Jeffrey Drope.
 
Les acteurs de la filière tabac sont souvent très âgés, ont des familles nombreuses à entretenir et "des enfants sans éducation", même s’ils sont liés aux manufactures de tabac par des contrats de travail, a-t-il signalé, citant une étude menée en Afrique et en Asie.
 
"La culture du tabac est nuisible à la santé, car la plupart des agriculteurs ne se protègent pas. Ils finissent par tomber malades", a poursuivi le médecin américain, en présentant une communication sur "l’agriculture et la commercialisation du tabac".

SKS/ESF/PON