Les fumeurs plus exposés aux complications du Coronavirus (étude)
APS
SENEGAL-SANTE

Les fumeurs plus exposés aux complications du Coronavirus (étude)

Dakar, 11 avr (APS) - Il est de plus en plus évident que les personnes qui fument du tabac sont plus susceptibles d’avoir des complications graves si elles sont infectées par le COVID-19, selon une étude rapportée par l’organisation ‘’Campaign For Tobacco Free Kids’’ (CFTK).

’’Bien qu’il n’y ait actuellement pas suffisamment de preuves pour affirmer avec certitude que les personnes qui fument du tabac risquent plus d’être infectées par la maladie du coronavirus 2019 (COVID-19), nous savons que les fumeurs sont plus exposés aux infections respiratoires’’, indique CFTK dans un communiqué.

Selon le document de l’organisation CTFK la pandémie de COVID-19 évolue trop rapidement avoir pour des preuves concluantes sur l’impact du tabagisme sur la susceptibilité d’une personne à l’infection COVID-19.

Toutefois, selon l’organisation, les données recueillies suggèrent que les fumeurs sont susceptibles d’être plus gravement touchés par COVID-19 s’ils sont infectés par le virus.

’’Il existe des preuves accablantes que les personnes qui fument sont plus à risque d’avoir d’autres infections respiratoires virales et bactériennes’’.

En effet, relève la source, ’’la plus grande étude portant sur les associations entre COVID-19 et le tabagisme publiée à ce jour s’est penchée sur les résultats cliniques de 1 099 patients atteints d’une infection COVID-19 confirmée en laboratoire dans 532 hôpitaux à travers la Chine’’.

Ce document indique que 12,4 % des fumeurs actuels morts, ont été admis dans une unité de soins intensifs ou ont eu besoin d’une ventilation mécanique, comparativement à 4,7 % des non-fumeurs.

Dans le même ordre d’idées, 21,2 % des fumeurs actuels présentaient des symptômes graves, comparativement à 14,5 % des non-fumeurs.

Pour l’organisation qui a compilé plusieurs études réalisées depuis l’apparition du virus en Chine en décembre ’’c’est plus que jamais le moment d’arrêter de fumer !’’.

’’Les preuves sont claires que l’arrêt du tabagisme améliore la fonction pulmonaire relativement rapidement (en quelques mois), ce qui réduit la susceptibilité aux maladies respiratoires et améliore la fonction immunitaire, ainsi que de nombreux autres avantages non directement liés au COVID-19’’, dit-elle.

En outre, relève l’Organisation mondiale de la santé, cité par le texte, l’acte de fumer entraîne un contact fréquent des mains sur le visage, ce qui crée une voie de transmission virale potentielle.

’’Le tabagisme compromet également le système immunitaire et donc la capacité du corps à répondre à l’infection’’, selon toujours l’OMS.

ADL/SBS/OID