Le SAMES suspend son mot d’ordre de grève
APS
SENEGAL-SANTE

Le SAMES suspend son mot d’ordre de grève

Dakar, 15 mars (APS) - Le Syndicat autonome des médecins, pharmaciens et chirurgiens-dentistes du Sénégal (SAMES) déclare dans un communiqué avoir renoncé à sa décision d’aller en grève les lundi 15 et mardi 16 mars, en raison d’"engagements" pris par le ministre de la Santé et de l’Action sociale pour "la préservation de la paix sociale".
 
Les membres du SAMES avaient décidé de ne délivrer ni certificat médical, ni certificat de genre de mort ni tout autre document médicolégal.
 
Selon le communiqué reçu lundi à l’APS, le syndicat avait toutefois recommandé à ses militants de s’occuper des urgences médicales, de la prise en charge des malades de Covid-19 et des activités de vaccination contre la pandémie de coronavirus durant la grève.
 
Il avait prévu d’observer cette grève en guise de protestation contre "les violences physiques et verbales subies" subies par ses membres "depuis le début de la lutte contre le Covid-19". 
 
"Les violences physiques et verbales ont connu leur apogée, cette semaine, avec l’attaque de structures de santé publique, de cabinets, de pharmacies, d’ambulances, de véhicules de supervision, d’agents de santé jusque dans leur domicile", déplore le SAMES.
 
Reçus samedi par le ministre de la Santé et de l’Action sociale, des membres de son bureau exécutif national ont discuté avec Abdoulaye Diouf Sarr de la vaccination, des médecins en spécialisation et des étudiants en médecine.

Des délégués de l’Association des internes et anciens internes du Sénégal ont également pris part à la rencontre, selon le communiqué.
 
A cette occasion, M. Sarr a expliqué que le retard de la vaccination de certains étudiants en spécialisation était causé par "un dysfonctionnement" lié au recensement de ces derniers par les structures d’accueil.
 
"Pour les femmes-étudiantes en spécialisation, le SAMES a demandé aux universitaires d’apporter toutes les adaptations nécessaires pour leur permettre d’associer leur vie sociale et leur formation", indique la même source. 
 
Elle ajoute que le ministre de la Santé et de l’Action sociale a décidé, de concert avec les autres membres du gouvernement, de rouvrir les négociations sur les revendications du SAMES, dès la semaine du 15 au 21 mars.
 
Dans un précédent communiqué, le SAMES exigeait la signature, par les responsables des partis politiques et de la société civile, d’"une charte pour le respect de la neutralité et de l’inviolabilité de l’intégrité physique, morale et matérielle des agents de santé".


ADL/ESF/BK