Abdou Fall : ‘’Le retrait américain de l’OMS va engendrer un malaise dans la gestion des pandémies‘’
APS
SENEGAL-ETATSUNIS-SANTE

Abdou Fall : ‘’Le retrait américain de l’OMS va engendrer un malaise dans la gestion des pandémies‘’

Dakar, 30 mai (APS) – La rupture des relations des Etats-Unis avec l’Organisation mondiale pour la santé (OMS), annoncée vendredi par le président américain, Donald Trump, va engendrer un ‘’malaise’’ dans la gestion des pandémies, estime l’ancien ministre sénégalais de la Santé, Abdou Fall.


M. Trump reproche à l’OMS de ne pas mener les ‘’réformes nécessaires’’. Son pays va ‘’rediriger’’ vers des ‘’besoins de santé publique urgents et mondiaux’’ sa contribution au financement de l’agence des Nations unies chargée de la santé, a-t-il déclaré.

La rupture des relations des Etats-Unis avec l’OMS ‘’est naturellement de nature à créer un malaise certain dans la gestion des pandémies à travers le monde’’, a dit à l’APS l’ancien ministre sénégalais de la Santé, Abdou Fall.

‘’Il n’y a aucun doute que la pression de la pandémie de coronavirus, combinée à la diminution des contributions des nations riches, limite les capacités globales de riposte des systèmes de santé en général’’, a soutenu M. Fall, interrogé sur les conséquences du retrait des Etats-Unis de l’OMS.

Il a par ailleurs souligné ‘’la nécessité pour nos pays de développer une plus grande solidarité africaine en exploitant davantage nos potentialités endogènes en matière de santé, tout en restant ouverts à une nouvelle génération de partenariats internationaux’’.

Selon des données obtenues par l’APS, les Etats-Unis sont parmi les principaux contributeurs au financement de l’OMS.

En 2018-2019 par exemple, la contribution financière annuelle américaine représentait 22 % du budget de l’agence onusienne, au moment où celle du Japon en était à 9,68 %. Celles de la Chine et de la France, deux des principaux contributeurs, étaient respectivement de 7,92 % et 4,86%, selon les mêmes données.

Le retrait annoncé de l’OMS d’un important contributeur financier et les rivalités entre pays au sein des institutions internationales confèrent ‘’tout son sens à l’appel lancé par le président Macky Sall’’, qui invite à ‘’repenser la coopération internationale pour la fonder sur (...) un nouvel ordre plus respectueux de l’équilibre des avantages entre les nations’’, a souligné Abdou Fall.

SG/ESF