Le coordonnateur du PNT appelle à multiplier ’’les occasions de diagnostic’’
APS
SENEGAL-SANTE-SOCIETE

Le coordonnateur du PNT appelle à multiplier ’’les occasions de diagnostic’’

Dakar, 14 oct (APS) - Le coordonnateur du Programme national de lutte contre la tuberculose (PNT), le docteur Barnabé Gningue, a appelé à une multiplication des occasions de diagnostic, estimant que le Sénégal était doté de moyens de diagnostiquer, traiter et accompagner chaque malade.
 
’’Nous avons actuellement les moyens de diagnostiquer, de traiter sans séquelles et d’accompagner chaque personne souffrant de tuberculose, ce qui reste c’est de multiplier les occasions de diagnostic’’, a-t-il déclaré jeudi à un atelier de mise à niveau des journalistes sur les stratégies de la lutte contre la maladie.

’’C’est pour cela que nous avions dépêché une équipe au Magal de Touba et nous allons partir au Gamou de Médina Baye la semaine prochaine avec la radiographie numérique mobile pour le diagnostic’’, a-t-il soutenu.
 
L’évolution de la tuberculose ’’est dynamique’’, a indiqué le coordonnateur du PNT, soulignant qu’il fallait des stratégies flexibles et dynamiques.

’’Aujourd’hui, nous sommes convenus avec tous les médecins chefs de district d’utiliser le diagnostic mobile en particulier la radiographie numérique. Ces radiographies numériques font l’objet d’une couverture nationale du pays’’, a-t-il expliqué.
 
’’Il s’agit d’identifier, aujourd’hui, les meilleures stratégies de lutte. Et à travers cette approche, nous avons constaté que le plus grand nombre de malades de la tuberculose se retrouve dans 6 régions au Sénégal, notamment Dakar, Diourbel, Thiès, Saint-Louis,Ziguinchor et Kaolack’’, a t-il relevé.
 
Cette situation, a-t-il précisé, ’’nous amène à procéder à deux
réajustements’’.

’’Premièrement, a-t-il indiqué, il faut des interventions adaptées au contexte de ces zones géographiques et deuxièmement il faut plus d’interventions dans ces zones’’.

Le coordonnateur du Programme national de lutte contre la tuberculose (PNT) a également souligné que la deuxième configuration est qu’au Sénégal ’’la maladie touche essentiellement la couche jeune dynamique forte porteuse d’espoir et de développement du pays’’.

’’Ce qui fait qu’un malade de tuberculose jeune est un frein à la marche de notre développement national. Nous avons fait cette évaluation et là où nous avons trouvé plus de problèmes nous sommes en train d’y apporter plus d’interventions pour améliorer la situation globale’’, a dit Docteur Barnabé Gningue
 
Il a également rapporté que ’’’le plus grand problème de la lutte contre la tuberculose au Sénégal est que la maladie continue à être l’objet d’une transmission communautaire extrêmement importante’’.

’’Elle constitue aujourd’hui, le facteur de persistance et d’aggravation de la maladie au Sénégal’’, a t-il déploré.
 

SKS/OID/AKS