La pandémie de Covid-19 risque d’infléchir quelques indicateurs (ministre)
APS
SENEGAL-SANTE

La pandémie de Covid-19 risque d’infléchir quelques indicateurs (ministre)

Dakar, 27 août (APS) – La pandémie de covid-19 risque d’infléchir sur quelques indicateurs en santé malgré les performances notées sur plusieurs programmes en 2019, a souligné jeudi, le ministre de la Santé et de l’Action sociale, Abdoulaye Diouf Sarr.
 
"C’est dommage que dès le mois de mars, nous avons plongé dans la pandémie de la Covid-19 qui risque en fin d’année d’infléchir quelques indicateurs du secteur de la Santé, malgré une lutte acharnée contre cette maladie avec la mise en œuvre d’un plan de contingence multisectoriel", a dit le ministre lors de l’ouverture à Dakar de la Revue annuelle conjointe du Plan national de développement sanitaire et social (PNDSS).
 
Le ministère de la Santé avait un certain nombre de défis comme l’autonomisation des personnes vulnérables, la lutte contre la mortalité maternelle et néonatale, l’achèvement des consultations post-natales, la guérison des enfants malnutris, la prise en charge des maladies chroniques, des urgences, des pathologies rénales et la santé mentale, a-t-il rappelé.
 
Selon Abdoulaye Diouf Sarr, les objectifs sur ces indicateurs avec des performances en 2019, ont ainsi connu un frein du fait de la pandémie de Covid-19. 
 
"Nous espérons que la situation n’est pas aussi dramatique lors de l’évaluation en fin 2020 puisque notre système est assez résilient", a-t-il relevé.
 
Toutefois, pour le ministre, les services de son département sont déterminés à relever ces défis et comptent sur le soutien de l’ensemble des acteurs qu’ils soient de l’Etat, des collectivités territoriales, du secteur de privé et de la société civile.
 
Un soutien qui a permis l’amélioration des performances du secteur de la santé et de l’Action Sociale en 2019, a-t-il précisé.
 
"La pandémie actuelle nous rappelle l’importance de disposer d’un système de santé et d’action sociale suffisamment préparée faisant montre d’une plus grande résilience", a-t-il relevé.
 
Toutefois en 2019, un nombre important d’infrastructures d’équipements et de personnel a contribué à l’amélioration du bien-être des populations, a-t-il fait valoir.
 
"L’année 2019 est un moment important du secteur de la Santé et de l’Action sociale puisque marque le début d’exécution du PNDSS (2019-2028), mais aussi celui du suivi de la mise en œuvre de la Réforme portant création des comités de développement sanitaire au niveau des districts", a rappelé Diouf Sarr.
 
La revue annuelle fait le point sur les performances de l’année précédente et se projette en termes de perspectives par rapport aux défis et aux enjeux du secteur. 
 
Au cours des présentations, les médecins-chefs vont passer en revue les indicateurs des régions de Matam Tambacounda et Sédhiou.

ADL/ASB/OID