La Journée mondiale de lutte contre le Sida célébrée au Monument de la Renaissance
APS
SENEGAL-SANTE

La Journée mondiale de lutte contre le Sida célébrée au Monument de la Renaissance

Dakar, 1er déc (APS) – La Journée mondiale de lutte contre le Sida a été célébrée mardi aprés-midi au Monument de la Renaissance africaine en présence de la ministre de la Jeunesse.

’’Cette journée symbolique (...) est le cadre de manifestations de soutien aux personnes vivant avec le virus du VIH’’, a expliqué la directrice de la santé, le docteur Marie Khemesse Ngom Ndiaye. 

Selon elle, ’’c’est également le moment de se souvenir de toutes les victimes du SIDA’’.
 
La Journée mondiale du Sida 2021 est axée sur le thème : ’’Solidarité mondiale et responsabilité partagée’’.
 
’’En 2020, la pandémie liée au nouveau coronavirus et ses répercussions ont monopolisé l’attention du monde entier, à l’image de l’épidémie à Vih’’, a souligné la directrice de la Santé en présence du Secrétaire exécutif du CNLS.
 
Selon elle, ’’presque tous les programmes de santé ont été fortement impactés négativement, notamment par une remise en question des progrès notables réalisés ces dernières années’’.
 
Elle a indiqué que conformément aux recommandations de l’OMS, la prise en charge des personnes vivant avec le VIH s’est adaptée au contexte de la pandémie du Covid-19.

Docteur Marie Khemesse Ngom Ndiaye est revenue sur la mise en œuvre à large échelle du concept de prise en charge différenciée en mettant les personnes vivantes avec le VIH au cœur de tous les dispositifs d’accès aux soins.
 
’’Cette pandémie a exacerbé les difficultés auxquelles sont déjà confrontées les personnes vivant avec le VIH en matière d’accès aux soins’’, a t-elle souligné.

La Covid-19 a ausssi ’’contribué de manière significative et dans de brefs délais à creuser les inégalités sociales et économiques aggravant ainsi la vulnérabilité des personnes infectées ou à risque important (...)’’, a t-il noté. 
 
La ministre de la jeunesse Nene Fatoumata Tall a relevé que cette journée intervient après l’organisation d’un post AFRA-VIH autour du programme communautaire et d’un forum des jeunes pour remobiliser les acteurs autour de la notion de solidarité à l’endroit de toutes les personnes vivant avec le VIH, des populations les plus vulnérables et aussi des populations clé pour un accès sans interruption aux traitement et dans l’atteinte des trois 90 (90-90-90).
 
Selon elle, l’objectif de cette journée ’’est d’amplifier et de compléter les initiatives agissantes pour et avec les adolescents jeunes’’.

Il s’ agit aussi de ’’maximiser les investissements en faveur de la santé sexuelle et de la reproduction des adolescents, la lutte contre le les IST/VIH/SIDA’’.
 
La ministre a rappelé que la prévalence du VIH chez les jeunes filles âgées de 20 à 24 ans est de 0,5% contre 0,2% chez les jeunes garçons, selon la dernière Enquête démographique de santé-continue 2017. 

De plus, les 15-24 ans constituent pour plus du quart des nouvelles infections, a-t-elle fait savoir.

’’Pour réduire le nombre de nouvelles infections au VIH chez les jeunes, parvenir aux objectifs plus larges d’égalité fixés par les ODD et inverser la tendance de l’épidémie, les efforts en matière de prévention et de traitement du VIH doivent être adaptés aux besoins spécifiques des jeunes gens et des plus vulnérables’’, a suggéré le ministre de la Jeunesse.

YS/OID/AKS