La directrice des établissements de santé admet un manque de spécialistes en anesthésistes-réanimateurs
APS
SENEGAL-SANTE

La directrice des établissements de santé admet un manque de spécialistes en anesthésistes-réanimateurs

Ziguinchor, 6 mai (APS) - Le Sénégal est confronté à un problème d’anesthésistes-réanimateurs sur le terrain, d’où l’absence de cette spécialité médicale dans plusieurs hôpitaux publics dont le Centre hospitalier régional de Ziguinchor (sud), a reconnu, jeudi, Dr Fatou Mbaye Sylla, directrice générale des Etablissements de santé au ministère de la Santé et de l’Action sociale.
 
Présente à Ziguinchor où elle a visité des structures dont l’hôpital régional, l’hôpital de la Paix et le centre psychiatrique Emile Badiane, la directrice des Etablissements de santé a fait état de ’’contraintes en matière d’équipements, d’organisation des soins et le défaut de ressources humaines’’.
 
’’Nous avons fait le tour de tous les services pour évaluer le dispositif mis en place dans le cadre de la prise en charge des contenus de soins. Nous avons trouvé sur place un personnel engagé composé d’universitaires, des paramédicaux et de praticiens hospitaliers. Mais il y a un gap à combler en matière de spécialités. Pour le moment il n’y a ni de cardiologues ni d’anesthésistes-réanimateurs’’, a déclaré Mme Sylla après avoir visité l’hôpital régional de Ziguinchor.
 
’’Au Sénégal, il y a un défaut de spécialistes en anesthésistes-réanimateurs sur le terrain. Sinon le ministre aurait déjà signé le contrat pour affecter quelqu’un à Ziguinchor. L’ensemble des autres spécialités médicales sont doublées. Mais il y a un défaut d’anesthésistes-réanimateurs’’, a insisté Dr Fatou Mbaye Sylla.
 
Elle a par ailleurs déclaré que sa visite dans les services hospitaliers de l’intérieur du pays intervient dans un contexte de ’’baisse de la pression’’ dans le cadre de la pandémie à coronavirus.

’’Nous mettons à profit cette situation de baisse pour nous rendre dans les établissements sanitaires pour voir leur capacité de réaction. Le but est de redéployer d’autres moyens pour renforcer les contenus de soins dans les structures de santé’’, a-t-elle confié.
 
’’Nous avons des services qui ont des équipements mais qui nécessitent d’être renforcés. C’est le cas au niveau du bloc opératoire, de la néonatologie et de la pédiatrie. A l’hôpital régional de Ziguinchor il y a beaucoup d’opportunités en matière de soins avec des ressources humaines disponibles et engagées et des équipements adéquats. Nous avons pris bonne note des quelques manquements constatés’’, a dit Dr Fatou Mbaye Sylla.
 
A Ziguinchor, il a été beaucoup question des évacuations sanitaires, problématiques majeures dans la partie sud du pays.

’’Le but est d’arriver à zéro évacuation sanitaire vers Dakar ou Kaolack. Si cette région bénéficie d’un accompagnement en équipements, toutes les pathologies pourraient être prises en charge par les deux établissements de référence que sont l’hôpital de la Paix et l’hôpital régional de Ziguinchor’’, a-t-elle fait remarquer.
 
La Directrice générale a loué les initiatives internes prises par le centre hospitalier régional de Ziguinchor avec notamment l’organisation d’un téléthon récemment pour construire un service d’accueil des urgences moderne. 
 

MTN/OID/AKS