La directrice de la PNA plaide pour une industrie pharmaceutique nationale
APS
SENEGAL-SANTE

La directrice de la PNA plaide pour une industrie pharmaceutique nationale

Dakar, 3 mai (APS) – L’investissement dans l’industrie pharmaceutique par des opérateurs économiques nationaux peut contribuer à réduire les délais d’acquisition en médicaments, a souligné jeudi la directrice de la Pharmacie nationale d’approvisionnement (PNA). 
 
Selon elle, ’’un ajustement réglementaire, une industrie pharmaceutique locale forte’’ sont ’’deux facteurs qui pourront nous assurer un approvisionnement continu sans rupture de stock’’.

Dr Annette Seck Ndiaye faisait une présentation sur les procédures d’acquisition du médicament par la PNA lors d’une rencontre de partage d’informations avec l’Association des journalistes en santé population et développement.
 
L’idée est de ‘’supprimer’’ les longues procédures d’approvisionnement des appels d’offres internationaux ouverts (AOIO) dans le cadre de la commande locale et proposer des mesures incitatives pour amener le secteur privé national à investir davantage dans l’industrie pharmaceutique, a t-elle expliqué. 
 
Cet investissement pourrait également limiter les transferts de devises, selon la Directrice de la PNA, relevant que pour une enveloppe de 16 milliards de francs Cfa d’achats de médicaments, 10 pour cent est resté au pays.
 
’’L’industrie pharmaceutique est restée très fermée’’, a-t-elle soutenu. D’où le défi de ‘’faire du médicament un produit de souveraineté afin de le soustraire du Code des marchés publics’’.
 
En effet, a -t –elle souligné, ‘’il est difficile d’allier les règles de la commande publique à l’impératif de santé publique auquel la PNA doit répondre’’.
 
Entre équilibrisme et adaptabilité avec le contexte réglementaire, beaucoup d’éléments exogènes impactent le travail de la PNA en commençant par le pourcentage trop élevé de médicaments importés de l’ordre de 85%, a dit Dr Seck.                  
 
Ainsi, il s’agit, selon elle, de ’’renforcer les capacités de production du tissu pharmaceutique local en les amenant à élargir leur gamme de médicaments’’.
 
Pour le moment, le défi principal, selon Dr Seck, c’est d’arriver à ’’constituer une base de données des fournisseurs fiables pour réduire la durée de l’appel d’offres international ouvert’’. 
 
Les Appels d’offres internationaux requièrent un long processus avec une quantification des besoins et une élaboration des dossiers (20 jours), la passation de marchés (163 jours), la planification des commandes (10 jours) sans compter la livraison.
 
 

ADL/OID