Le Covid-19 ne doit pas freiner la bataille contre le paludisme, plaide le PNLP
APS
SENEGAL-PALUDISME-PLAIDOYER

Le Covid-19 ne doit pas freiner la bataille contre le paludisme, plaide le PNLP

Thiès, 22 déc (APS) - La pandémie de Covid-19, apparue au Sénégal le 2 mars dernier, ne doit pas freiner la bataille contre le paludisme, a plaidé mardi à Thiès le coordonnateur du Programme national de lutte contre le paludisme (PNLP), le docteur Doudou Sène. 

"La Covid ne doit pas nous empêcher de continuer la bataille que nous menons contre le paludisme", a déclaré le responsable du PNLP, qui prenait part à un atelier d’évaluation d’une campagne d’aspersion intra-domiciliaire menée de juillet à septembre derniers dans la zone nord du Sénégal.
 
"Il est important que le combat continue, parce que beaucoup de décès que nous recensons parfois sont liés au paludisme", a insisté le docteur Doudou Sène.
 
Pour lui, "tous les cas de fièvre doivent impérativement être diagnostiqués paludisme, pour voir s’il n’y pas de paludisme associé".
 
Dans la mesure où "nous ne savons pas quand est-ce que la pandémie finira", les populations doivent parallèlement se prémunir contre le paludisme, qui sévit dans le monde depuis les années 1800 et auquel l’Afrique paye le plus lourd tribut.
 
Le docteur Doudou Sène n’a pas manqué de saluer le rôle de l’administration territoriale, qui a permis de mener à bien la campagne d’aspersion intra-domiciliaire au nord et au sud du pays, dans le respect des gestes barrières. 
 
Elle s’est traduite par une réduction des cas au nord où l’objectif de pulvérisation de plus de 85% des ménages éligible a été dépassé.
 
Selon lui, l’année 2021 marquera le début de la mise en œuvre d’un plan stratégique quinquennal. Ce document comptera parmi ses activités, la distribution de moustiquaires qui se poursuivra, ainsi que l’aspersion intra-domiciliaire (AID) d’insecticide à effet rémanent. 
 
La Chimio-prévention du paludisme saisonnier (CPS) sera aussi reconduite dans les régions de Kolda, Kédougou, Tambacounda, Kaolack et Diourbel, tout comme les traitements préventifs intermittents (TPI) couplés aux moustiquaires au profit des femmes enceintes, pour les protéger ainsi que les nouveaux-nés.
 
Le paludisme a régressé au Sénégal, a relevé le responsable du PNP, se montant optimiste quant à l’atteinte de l’objectif de l’Etat d’éliminer cette maladie à l’horizon 2030. 
 

ADI/BK