La CIPF pour une
APS
MONDE-SANTE

La CIPF pour une "dynamique de partenariat" pour atteindre les objectifs de Family Planning 2020

De l’envoyée spéciale de l’APS : Adama Diouf Ly

Kigali, 15 nov (APS) – La Conférence internationale sur la planification familiale a terminé ses travaux jeudi à Kigali (Rwanda) par plusieurs résolutions dont la principale consiste à créer "une dynamique partenariale" avec tous les secteurs impliqués dans la planification familiale, pour "aller plus vite" dans la réalisation des objectifs de Family Planning 2020 (FP2020).

"La résolution prise aujourd’hui est de travailler ensemble pour plus d’efficacité et aller de l’avant en identifiant les mêmes lacunes, les obstacles socio-économiques dans les pays pour réduire plus vite les écarts", a dit la directrice exécutive de l’Initiative "Family Planning 2020" (FP2020), Beth Schlachter, lors de la conférence de presse de clôture de la rencontre.
 
Il s’agit par cette option "d’identifier les interventions à grand impact dans certains pays afin de les adapter dans d’autres pays pour combler les lacunes", a-t-elle expliqué.
 
"Nous pouvons atteindre nos objectifs parce que nous avons fait plus depuis 2012", a souligné la directrice de l’Initiative FP2020, qui consiste à élargir l’accès aux programmes de planification familiale basés sur les droits pour permettre à 120 millions de femmes et de jeunes filles supplémentaires, vivant dans les pays les plus pauvres du monde, d’avoir recours à des méthodes contraceptives modernes d’ici à 2020.
 
L’idée de créer ces "partenariats dynamiques plus efficaces", devrait aider à "relever les défis liés à l’accès des jeunes et des adolescents aux services de santé de la reproduction, à l’augmentation des investissements mais également à l’intégration d’autres questions liées à la couverture santé universelle.
 
Ainsi les jeunes devraient servir de leaders pour "FP2020", en vue de "faire travailler gouvernements, société civile et autres parties prenantes".
 
Selon Jose Oying Rimon, directeur de l’Institut Melinda Gates pour la santé de la reproduction, il faut que "l’élan soit gardé pour pouvoir relever les défis ensemble". 
 
Dans cette perspective, il s’agit aussi "d’engager les jeunes dans l’élaboration des plans d’action et d’amplifier la collaboration entre les pays pour partager les meilleures pratiques afin d’aller plus vite", a-t-il ajouté.
 
Parlant de la conférence, il a estimé qu’elle a été "un grand succès", avant d’appeler les politiques à "plus d’engagement et d’investissements pour des rétributions durables".
 
Au cours de la conférence, les décideurs et les défenseurs de la PF ont ainsi discuté des mesures à prendre pour que les femmes puissent prendre leurs propres décisions en matière de procréation.
 
Les panélistes ont ainsi fait part de programmes et d’investissements qui élargissent l’accès à la PF par le biais surtout des engagements, de l’utilisation des données pour la prise de décision.
 
De cette manière, chaque pays est appelé à se concentrer sur un plan national d’accélération de la PF pour la réalisation des objectifs de "FP2020".
 
 
 

ADL/BK